Le livre

Ce site est dédié au livre LE RETOUR DES ZAPPEURS  publié chez CreateSpace le 15 août 2013 par le Dr Dominique Dupagne

Si vous vous reconnaissez dans le nuage de mots ci-dessus, où si ces caractéristiques vous évoquent un proche, ce petit livre est peut-être fait pour vous. En cas de doute, vous pouvez faire ce test.

Il est disponible en version brochée exclusivement sur Amazon (7,28€),  et au format numérique Kindle (pourquoi ?) au prix de 2,68€, lisible sur tout support informatique (tablette, ordinateur, smartphone).

J'ai écrit ce livre pour parler des inattentifs +/-  hyperactifs, de ceux et celles que l'on appelle parfois "TDAH". Le terme de zappeur me paraît plus adapté. Je me sens légitime pour en parler car je suis à la fois médecin et zappeur (en savoir plus).

Les zappeurs et les zappeuses ne supportent pas les contraintes, l'ennui, les règles, les hiérarchies pesantes, les gens lents et les procédures imposées.

L'émission "La Tête au Carré" consacrée aux Zappeurs le 4 décembre 2013
L'émission "La Tête au Carré" consacrée aux Zappeurs le 4 décembre 2013

Vous pensez que c'est le cas de tout le monde ? C'est vrai, mais chez les zappeurs, ce res-senti dépasse le stade de la gène pour aboutir à une intense souffrance qui peut conduire à un handicap scolaire ou social.

Chacun d'entre-nous porte en lui une part de zappeur, mais ceux qui ce trait de caractère est intense ont vraiment un cerveau particulier. Leur esprit en perpétuelle agitation peine à se concentrer durablement dès que leur excitation mentale s'émousse. La courbe de leur attention ressemble à des montagnes russes : tantôt intense (devant un jeu vidéo), tantôt nulle (face à la routine). Leur distraction légendaire leur fait perdre régulièrement leurs objets personnels et oublier la moitié des tâches qu'on leur confie. Leur faible tolérance à la contrainte et aux hiérarchies en fait des employés ingérables ou des travailleurs solitaires. Leur patience face aux tâches répétitives est quasi nulle.

Irritants mais épatants, insupportables mais jamais ennuyeux, fatigants mais stimulants, les zappeurs constituent le principal moteur de l'innovation pour l'espèce humaine. Malheureusement, leur comportement impulsif et leur inconstance dans l'effort les conduit le plus souvent vers l'isolement, la frustration et l'échec.

LE RETOUR DES ZAPPEURS  :  ce petit livre devrait permettre aux "normaux", de  comprendre enfin l'étrange fonctionnement du cerveau zappeur de leur enfant ou de leur conjoint. Je souhaite aussi remonter le moral des zappeurs et surtout  leur montrer qu'ils ne sont pas malades : un zappeur pense différemment, mais n'est pas plus malade qu'un gaucher.

Le cerveau des zappeurs et des zappeuses est une voiture de course, fragile, dangereuse, difficile à conduire, mais qui peut faire de leurs pilotes des champions s'ils parviennent à les maîtriser. Notre monde bouleversé par la mutation numérique est fait pour eux. Brimés depuis quelques siècles, les zappeurs pourraient bien revenir sur le devant de la scène, et retrouver leur place dans une société en pleine accélération.

En attendant de lire ce petit livre (98 pages), vous pouvez évaluer votre ZapScore : vous êtes peut-être un zappeur ou une zappeuse qui s'ignore...

Lien vers la page Amazon du livre ici. Si le livre vous a plu, n'oubliez pas de mettre un commentaire !

 

115 réflexions au sujet de « Le livre »

    1. Stéphanie

      Bonjour,

      Ce questionnaire m'a beaucoup fait réagir. J'ai 22 ans et je doute depuis 1 ans que j'ai cette particularité. Un ami étant TDAH m'a un jour questionné à ce propos. Il me dit '' mais toi ça fait longtemps que t'ai TDAH''?" Et pourtant je ne lui en avant jamais parlé...
      Ceci a un peu confirmé ce qui me trottait dans la tête depuis un certain temps.
      Le questionnaire est géniale, car on s'attarde à des gestes ou pensées détaillées qui visiblement pourraient paraître banales pour certains. Les fameuses miettes de pains dans le lit, ou bien les objets oubliées que tu allais chercher dans la pièce d'à côté. Beaucoup de détails comme ceux-ci on fait une énorme couche de malaises qui me suivent depuis mon adolescence. Depuis que je comprend que mon cerveaux fonctionne autrement, j'accepte qu'il peut me conduire vers des voix plus authentique, mais parfois parsemées d'embûches. Par exemple, dans mon cercle sociale, disons, que c'est pas toujours joyeux. Je suis capable d'aller vers les gens assez facilement et de participer à une conversation, là n'est pas le problème, c'est maintenir une conversation . Car, rester attentive c'est la chose la plus difficile pour moi. C'est un peu comme un effet domino. Lorsque l'on perçoit d'une manière plus ou moins clair un information, on finit peu de temps après, à l'effacer de sa mémoire. Par exemple, me rappeler assez clairement, après 3 semaines, d'un livre que j'ai lu ou d'un film qu'ai visionné, est presque impossible. Je me rappelle toujours d'une manière GÉNÉRALE. Il est difficile de résumé ou de parler avec des détailles. L'atmosphère, les thèmes, l'ambiance est plus facile à me rappeler, que par exemple des actions, des noms des personnages, ou du récit.
      Je commence tranquillement à étudier par moi-même mon cas, mais disons que c'est pas évident. Je suis sur une liste d'attente depuis 4 mois pour voir un psychiatre, chose qui n'est pas facile ou j'habite.
      Il faut continuer à s'écrire et à lutter ( avec persévérance et fierté ) Je pense que le partage d'expériences est un très bon moyen pour avancer.
      On lâche pas!

      View Comment
      Répondre
    2. Jean-baptiste

      Bonjour j'ai 24 ans depuis petite j'ai ce problème mais depuis quelque année j'ai commencer à accepter ce que je suis malgré le faite que parfois les gens me supporte pas où peu du faite que j'ai les fatigue mes parents n on jamais voulut que je prenne un traitement j'ai appris à me canaliser avec le temps je voit que vous été nombreux à en souffrir on se sent seul jai trouver un travail qui convient au mieux pour moi.
      J'ai une question plus je suis fatigué plus je bouge savez vous pourquoi .

      View Comment
      Répondre
  1. KLEIN

    Depuis longtemps, je savais que mon agitation était un handicap....
    Et lors d'une émission, j'ai découvert ce trouble TDAH....Après moult recherches et démarches, je me suis fait diagnostiquer auprès d'un médecin spécialiste.
    Je souffre car devant tout ce désastre : échec scolaire, échec professionnel et sentimental.
    car à mon époque on ne soignait pas (j'ai une cinquantaine d'années).
    Toute cette souffrance je l'ai vécue.

    View Comment
    Répondre
    1. faugere

      Bonjour,

      Je suis comme vous j'ai 50 ans et je suis atteinte depuis toute petite de ce trouble de l'attention qui en a fait rire souvent les autre mais moi pas du tout. j'en ai beaucoup souffert, et encore aujourd'hui je n'ai pas trouvé de médecin attentif a cela pour mon médecin il y'a des choses plus importante mon psychiatre lui ne comprenait pas de quoi je lui parler. Échec scolaire, échec au travail des périodes de chômage car déscolarisé très tôt, je n'osais pas allé me présenter à un employeur car qui voudrait se récupérer une tête en l'air pareil. C'est dur pour la confiance en soi mais je me suis accroché mais parfois on tombe sur des personnes dans le travail qui vous font toucher du doigt que vous êtes différentes et que vous ne faites pas beaucoup d'effort pour changer

      View Comment
      Répondre
  2. Dominique

    Merci pour ces éclairages ... tout serrait donc relatif ... tout dépendrait donc (aussi) de notre environnement et de notre capacité à nous y soumettre ... (au risque de nous perdre en route) ... ou à l'adapter à notre rythme avec des personnalités, des activités qui nous conviennent ... Bref, à trouver notre place !

    View Comment
    Répondre
  3. Pascale Kral

    Bonjour,
    Je viens d'entendre l'émission sur France Inter.
    Mon fils de 10 ans a beaucoup de difficultés à l'école en raison d'un TDAH que nous gérons correctement depuis des années. Mais il est en souffrance et rêve de faire l'école à la maison avec des MOOC (Massive Open Online Course... du genre KHAN ACADEMY..... vous connaissez ?) et de temps en temps un prof particulier + plus de sport (VTT et Judo) et de musique (guitare électrique)
    Je suis prête pour cela. Ca fait si longtemps que je le vois batailler. Nous vivons en pleine campagne et avons des chambres d'hôtes avec beaucoup de passage, des animaux, de la nature et.. une bonne connexion internet.
    Qu'en pensez-vous ? Avez-vous déjà entendu cette solution ?
    Merci pour votre opinion. Le test est génial.... (je suis d'évidence TDAH...)
    Pascale (pour Antoine, 10 ans)

    View Comment
    Répondre
    1. nalise

      Pascale,

      Notre fille peut sans aucun doute être étiquetée TDHA...et pourtant elle n'est pas en souffrance (bon elle se trouve souvent "nulle" quand elle n'arrive pas à répondre à certaines exigences, ou en difficulté dans les taches que tout le monde trouve facile, et inversement ). Et si elle ne souffre pas c'est sans doute parce qu'elle n'est pas scolarisée, ne l'a jamais été. Elle peut juste vivre, avec son caractère, ses compétences et ses difficultés, comme chacun de nous. Je crois fortement que cette particularité, comme les autres, n'est pas un handicap, ne le devient que dans un cadre qui empêche l'individu de choisir ce qui lui convient, comme mode de vie, ou d'apprentissage. Beaucoup d'enfants instruits en famille sont EIP ou TDHA ou dys quelquechose : les parents ont mis en place d'autres stratégies d'apprentissages, une autre façon de vivre, et la plupart s'en sortent très bien : avec un environnement adapté je dirais même que ça devient un talent !

      View Comment
      Répondre
      1. Pascale Kral

        Merci Nalise,
        C'est exactement la réponse que j'espérais pour me porter à présenter ce projet au père d'Antoine.
        Je crois aussi qu'ils sont merveilleusement différents et que nous n'avons pas le droit de les laisser s'éteindre dans une école où ils se sentent oppressés, c'est le cas de mon fils, qui vient, de plus, d'être victime de moqueries sournoises (réprimandées sévèrement par l'école) parce qu'il était justement "différent".
        Tout me semble si simple quand il est à la maison.
        Comment votre fille apprend-elle ? Avez-vous vu la Khan Academy ?
        Je n'aime pas les cours qui répliquent trop l'école....
        Si vous avez l'un ou l'autre conseil qui vous semble majeur encore, je suis preneuse à 100% car nos enfants doivent être un peu similaires.
        Merci beaucoup.... Pascale

        View Comment
        Répondre
        1. nalise

          Nous ne faisons pas "l'école à la maison" ça n'aurait aucun sens. Et j'en suis incapable de toute façon : tout prévoir, tout cadrer, tout organiser....j'en ai des sueurs froides rien que d'y penser.
          1. Je pense que les enfants apprennent, naturellement , quand ils ont autour d'eux un environnement riche. Alors, internet, sorties dans les musées, activités, discussions, discussions et discussions, font déjà 80% du travail ! On appelle ça le unschooling en général, moi j'aime le terme "life learning". Attention au contraire de l'idée que ça peut donner, c'est très exigeant pour les parents. Ma fille était du genre à poser 3000 questions à l'heure, et pas des plus simples, rien que de répondre nous a fait valider les 3/4 du programme scolaire ;-).
          2. Je garde quand même en tête quelques grands buts d'apprentissage à atteindre qui sont moins évidents à apprendre informellement. Genre les conjugaisons (bien plus que les opérations mathématiques d'ailleurs, qui se font plus naturellement). Et je cherche tous les supports qui me paraissent intéressants, en variant le plus possible. Des sites internets (ressource inestimable), des cahiers de jeux, des jeux de société...
          A priori, je suis légèrement hyperactive aussi...(950 de score au test sur le site, aïe, je ne m'attendais pas à ça), j'imagine qu'en fait ça nous a aidé : jouer à la maitresse, c'est pas mon truc, chercher 10000 supports d'apprentissages différents oui, de nouvelles choses à découvrir tous les jours aussi, et visiblement ça lui a convenu.
          Oh, et un point essentiel pour nous deux : pas question de rester à la maison entre nous. Rencontrer des gens, faire de nouvelles connaissances souvent, c'est indispensable.

          View Comment
          Répondre
          1. Pascale Kral

            Bonsoir Nalise,
            Excuses-moi pour le délai mis à te répondre. J'avais un peu "zappé" ce site... et m'étais concentrée sur mes mails et FB....+ divers RV avec mon fils qui est toujours à l'école + un collectif d'artistes où je m'investis pas mal..
            Les similitudes entre nous sont frappantes. Moi aussi, c'est l'unschooling qui m'intéresse en réalité. Mais tu m'apprends plein de choses et me donne confiance.
            Un RV chez une psychiatre scolaire (dans un CATTP), conseillée par l'école, a été incroyable pour moi avant hier. Mon fils s'est exprimé avec une limpidité extrême et une lucidité implacable sur le monde, la société, l'école. Mon frein principal est le fait que son père ne sera pas d'accord pour l'unschooling. Par ailleurs, le directeur de l'école est un être merveilleusement compréhensif et gentil, ce qui ne facilite pas les choses.
            Moi aussi, je suis TDAH selon le test et je le savais. Mais ce livre nous apprend, finalement, que nous sommes l'élite de la race humaine, non ? ha, ha... on se sent mieux ! Je vois mon fils sous un autre angle et la société, n'en parlons pas. Je vais d'ailleurs écrire un article sur ce sujet dans le webmagazine de mes artistes. J'ai écris un article sur les vidéos 2.0 et l'humour, la philosophie des ados (vidéos droles sur Youtube, genre Cyprien, Norman... mais surtout Cyprien, j'aime....). Si tu veux lire l'article sur le site, vas sur http://www.lesurbainsdeminuit.fr
            Je signe de mon nom. Tu peux faire des commentaires. C'est un site pamphlétaire et (contre-)culturel dont le propos est de changer la société, dans son esprit, par l'art et la culture en reliant les consciences. Je ferai un article sur le retour des zappeurs en lien avec l'Unschooling et, ce terme que je connais grâce à toi "life Learning".. il faut que je creuse... as-tu des références ou site sur internet sur ce sujet.
            Je te remercie tant et espère que nous pourrons rester en contact. Mon mail direct est pascalekral@yahoo.com, mon portable 06 17 26 51 69....who knows ? Bonnes fêtes ou anti-fêtes, selon comment on les voit....
            il parait qu'aujourd'hui les supermarchés ont atteint leur pic de visite annuelle....c'est tout un sytème qui, selon moi, est malade et pas.. nos enfants !

            View Comment
          2. BEOTIEN

            Merci pour ce retour d'expérience qui me ferait presque regretter d'avoir scolarisés mes fils. Presque parce que trop besoin de temps pour moi-même pour leur faire courir le risque de trop dépendre de moi.

            View Comment
    2. launicay

      je suis tdah de 41 ans , j'ai 2 filles dont une tdah, je n'ai pas les moyens que vous avez mais si je les avais ce serait GO ! Go !! je savais très jeune ce que je voulais et ma mère ne m'a pas fait confiance, faites lui confiance car son instinct le guide vers ce dont il a besoin; par ailleur j'ai bossé dans des écoles alternatives genre steiner Waldorf et c tout bon pour un réel épanouissement de l'enfant. Ma fille en 6eme est completement asphyxiée par le rythme scolaire du college beaucoup trop lourd. Elle n'a plus de temps pour vivre dit elle, jouer, cuisiner, rever, se ballader etc..Foncez et bonne vie à vous

      View Comment
      Répondre
    3. cosmos

      chère Pascale,
      Je suis enseignante ET zappeuse;
      C'est l'école qui n'est pas adaptée à ces enfants et non l'inverse; Que dire d'une école qui définit arbitrairement la "normalité" de l'enfance et fabrique des enfants "sages comme des images"; Il n'y a pas de places pour les profils créatifs et les intuitifs dans un tel système scolaire!
      Donc, si votre fils rêve de faire l'école à la maison qu'il vous communique son choix et son projet scolaire, foncez! C'est la meilleure décision que vous puissiez lui apporter pour son avenir;

      View Comment
      Répondre
  4. akdonf

    Ouf , enfin compris et en plus par un docteur, je suis dyslexique, artiste émailleur, écrivain,jongleur,acrobate,sculteur,joueur,fumeur,assez cynique,mal compris mais depuis 6 mois bien comme jamais, je crois avoir compris le sens de la vie.

    View Comment
    Répondre
  5. Oloin

    Aïe _ résultat de votre test: zappeuse confirmée!

    Suis surprise parce que j'étais une enfant plutôt calme, en apparence du moins
    Aujourd'hui, je bataille contre ma paresse, excelle en procrastination, et me réfugie volontiers dans la rêverie... malgré la pratique de deux métiers, dont une profession libérale dans le champ de la conception, je m'ennuie vite et m'éparpille à vau-l'eau. Je vous épargne le traitement de la paperasse, facturations et autres qui sont un véritable calvaire.

    Alors, si vous avez des astuces pour dépasser tout ça, je suis preneuse.
    Merci

    View Comment
    Répondre
  6. Djam

    Ma cousine a écouté votre intervention sur France Inter et a tout de suite pensé à moi...Quel soulagement! Je suis d’après le test Zappeur confirmé (+ de 900). Un soulagement de mettre un mot sur toutes mes souffrances de découvrir que je ne suis pas seul...Maintenant je suis un peu perplexe je ne sais pas quoi faire ni vers qui me tourner... Après échec scolaire, échec professionnel une vie de couple à peu près réussie (je suis avec une bosseuse patiente!!) je fini par une dépression qui me colle à la peau depuis plus de 5 ans mais avec toujours l'espoir et le profond sentiment que j'ai ma place qque part et un avenir fantasmé puisque j'ai tellement de centre d’intérêts...Bref après tout ce déballage vous lire me donne énormément d'espoir!

    View Comment
    Répondre
  7. lise

    Bonjour,
    Je vous ai entendu brièvement sur France Inter, mais ça m'a suffi pour qu'il y ai un tilt. Je ne me suis jamais considérée comme hyperactive ou avec un trouble de l'attention. J'ai un bac + 5, j'ai beaucoup lu dans ma jeunesse (même Proust, question suspens on fait mieux, hein). Nerveuse, rapide, impatiente et avide de nouveauté, oui, mais hyperactive ? J'avoue que pour moi c'est un truc de petit garçon intenable, quoi ;-). Mais j'ai quand même passé votre test, et le résultat m'a un peu choquée. Je l'ai fait 2 fois à vrai dire, avec la volonté d'être plus honnête, d'aller moins vite, et de faire ainsi baisser mon score et rentrer dans une moyenne plus acceptable (et puis je sais aussi qu'on a toujours tendance à vouloir se trouver des "troubles" en autodiagnostic). J'ai commencé à 950, et après une ou deux corrections (j'avoue finalement je mens, et pas seulement parfois), ben au lieu de baisser je passe à 1030.
    Ca éclaire beaucoup de choses sur mon chemin depuis petite, même si j'ai du mal à accepter cette "étiquette". Alors maintenant je fais quoi avec cette information ?
    C'est grave docteur ? Jusqu'à présent j'ai pas trop mal tiré mon épingle du jeu dans la vie...avec quand même quelques échecs répétés point de vue professionnel. Pas envie d'aller voir un psychiatre, je vais bien merci. Mais si mieux me connaître peut me permettre de vivre mieux et de faciliter la vie de mes proches...et d'éviter de perdre mes clés entre l'ouverture de la portière et le contact...

    View Comment
    Répondre
  8. Hélène

    Bravo, vous décrivez très bien ce que nous vivions et que tant de personnes ont tant de mal à comprendre! On m'a fait connaître votre intervention sur les ondes, qqn à pensé à moi et ma descendance. (Et oui, les chiens ne font pas des chats!)
    Je me suis empressée de jeter un œil sur votre site et votre test, résultats sans surprise me concernant.
    Une question m'interpelle maintenant : que faire avec ce résultat? Traitement ou non? Ma vie professionnelle est-elle encore à développer? Le traitement a-t-il un sens une fois adulte quand on dit qu'on peut s'en passer dès la fin de l'adolescence et qu'on compense depuis si longtemps?!...
    Est-ce que certains peuvent témoigner d'une prise de concerta ou ritaline en tant qu'adulte?
    Encore bravo à vous et Revol pour cet exposé si clair sur les ondes, je ne manquerai pas de suivre vos écrits ou interventions!

    View Comment
    Répondre
    1. BEOTIEN

      Merci pour ce retour d'expérience qui me ferait presque regretter d'avoir scolarisés mes fils. Presque parce que trop besoin de temps pour moi-même pour leur faire courir le risque de trop dépendre de moi.

      View Comment
      Répondre
    2. BEOTIEN

      Témoignage / metylphenidate

      Diagnostiqué à 63 ans (et 1080 au test fait à l'instant) en même temps que mes fils (35 ans pour l'un 13 ans pour l'autre)... aucun effet ! Mais vrai que je me suis arrêté au dosage mini après que mon fils aîné a qui avait été prescription le maxi d'emblée se soit plein des effets secondaires. Et ayant acquis la liberté de vivre ma vie à ma guise, pas eu envie de me forcer. Pour mon dernier fils on est parti d'un dosage à minima pour aller vers le maxima... sans effet ressenti par lui ou constaté par l'entourage. Mais comme alors chez sa mère très hostile à cette expérimentation... difficile de conclure.

      Ce qui ne m'empêche évidemment pas de recommander la prescription (encadrée) à tout enfant diagnostiqué TDA et contraint de resté dans le système scolaire. Car pour quelques % qui ne répondent pas, combien d'autres dont ça peut sauver la scolarité et la vie professionnelle.

      View Comment
      Répondre
  9. irazoqui

    En vous écoutant sur France Inter, j'ai reconnu beaucoup de traits de "caractère" de mon compagnon , et j'ai surtout reconnu mon incompréhension face à ses comportements "irrationnels", ses mises en danger. son addiction à l'alcool, aux médicaments, sa vie professionnelle en montagne russe, l'ennui comme son pire ennemi etc ... c'est difficile pour lui et de plus en plus pour moi (qui suis lente et patiente), mais votre livre m'a donné un éclairage nouveau, et l'espoir de trouver des réponses adaptées.

    View Comment
    Répondre
  10. Zotal

    Bonsoir,

    L'émission "la tête au carré " a été aussi un sacré révélateur pour moi,même si j'avais déjà un peu analysé mes comportements sans savoir les qualifier.

    Il ressort de votre test que je serais un zappeur partiel, mais le simple lecture des questions m'a permis de le comprendre immédiatement. Les symptômes les plus forts chez moi la procrastination ( je ne compte plus les coupures de courant et les saisies de salaires pour défaut de paiement des impôts), ma forte capacité à faire les choses non urgentes pour fuir celles qui me dérangent, mon défaut flagrant de communication avec mes proches qui ne le comprenne pas.

    De plus, je suis dyslexique et fils, frère et papa de dyslexique.

    Mais, je n'ai aucune suractivité physique. Au contraire, j'ai toujours été un rêveur. Est-ce possible que le rêve remplace chez un zappeur la suractivité physique ?

    D'autre part, je suis toujours étonné de mon métier qui me semble l'anti-métier pour un zappeur.

    View Comment
    Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Bonjour
      Comme nous l'avons dit pendant l'émission, on parle de TDA/H (trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité) chez les zappeurs car le trouble de l'attention est l'élément déterminant. L'hyperactivité est optionnelle.

      View Comment
      Répondre
  11. Nicholas Anderson

    Je pense qu'effectivement, il ne faut pas parler de "maladie", meme si dans certain cas cette condition peut etre tres handicapante.
    C'est un TROUBLE et pas un trouble psychiatrique mais un trouble neurologique qui presente egalement des avantages.

    Le probleme sous jacent est surtout le trouble de l'attention qui explique le comportement des TDAH yc l'impulsivite : Si on a pas de memoire on apprend a reagir dans l'immediat (ex. Ayant tellement l'habitude d'oublier ce que je vais dire: j'interromps...)

    View Comment
    Répondre
    1. BEOTIEN

      Trouble... mon cul ! Nous sommes juste les chasseurs-cueilleurs rescapés du néolithique. Ceux que les brutes qui ont accaparé la terre grâce à leur lentes cervelles adaptées à la sédentarité n'ont pas réussi à éliminer.
      Arrêtez de vous dévaloriser et réjouissez vous que nous entrions dans un monde où nos spécificités seront mieux valorisées.

      View Comment
      Répondre
  12. Elzap

    Bonjour Docteur,

    Merci infiniment pour le test et pour le bel horizon d’optimisme et d’humanisme que votre ouvrage laisse entrevoir. Je sais que mon post est très long, j’espère que vous allez tout de même le parcourir car c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour vous témoigner ma reconnaissance.

    Je vous ai entendu sur France Inter par hasard. J’ai reçu un sacré choc. J’ai fait le test. On m’a tellement rebattu les oreilles avec des jugements tranchés : oui, je suis speed ; oui, je n’ai jamais réussi à trouver ma voie professionnelle et je m’ennuie très vite ; oui, je suis incapable de me plier à la routine ou à l’autorité ; oui, je ne récolte jamais les fruits de mon travail, je ne termine rien ; oui, je suis instable ; oui, ad nauseam !

    J’ai passé ma vie à me remettre en question et à subir les réflexions de ma famille au point de me sentir une « nulle AOC ». Heureusement, mon mari appartient à la catégorie des « patients-très épris de leur épouse et qui supportent toutes leurs frasques » parce qu’ils ont choisi ces spécimens pour de bonnes raisons dont la sociabilité ; a priori, il n’y a pas d’opposition à être sociable et « zappeuse confirmée », comme vous le soulignez d’ailleurs dans votre ouvrage en rappelant que vous avez poussé le trait à l’extrême.

    Grâce à vous, j’ai désormais la certitude que ma dernière « fantaisie » professionnelle n’en est pas une. Je monte ma propre société et je vais bien vite me chercher un associé ancré dans tout ce que je ne parviendrai jamais à maîtriser. J’y avais pensé mais je voulais prouver que j’étais capable de mener un projet à son terme toute seule. Changement de cap immédiat ! Je ne le fais pas à la légère, j’ai consulté mon psychiatre qui… a confirmé ce que je venais de découvrir. Il a beaucoup nuancé parce qu’il est en bataille contre certaines caractéristiques de notre société (le manque de bienveillance et de courtoisie, la stéréotypie physique et mentale etc.) Comme vous, mon psy pense qu’il est bien difficile de tracer une ligne entre ce qui est pathologique et ce qui n’est pas conforme à une mise en conformité abusive. En bref, être inadaptée à l’inadaptable n’est pas aussi illogique qu’il n’y paraît de prime abord.

    J’aimerais apporter quelques commentaires sur votre livre :
    - Je vous rejoins sur l’idée de la fin d’une civilisation. Je ne suis pas inquiète pour l’avenir car j’ai côtoyé de nombreux étudiants. Je peux vous affirmer que si certains changements nous échappent, eux ont parfaitement intégré le monde en pleine éclosion, ce qui est très prometteur ;

    - Vous recommandez de former des paires. Là encore, je vous rejoins (ce sont mes restes de chercheur qui parlent). J’ai toujours considéré qu’au lieu d’opposer (ou de nier) les sexes et leurs corollaires identitaires ou de genre, il serait préférable de travailler dans le sens de la reconnaissance des différences, de leur valorisation et surtout de leur potentiel « ensemble ». Certaines théoriciennes ont tenté de faire entendre cette voix, peine perdue ! On est en train de retourner à la case : hommes = domination et on replonge dans le dogmatisme vertueux et liberticide.

    - Il me semble que votre notion de la complémentarité des caractères « zappeur » et « bosseur » va dans le même sens que ce que je viens de mentionner et se heurte au même écueil (le pouvoir). En effet, le duo gagnant est assez difficile à concevoir du côté des bosseurs.
    Qui voudrait servir la soupe à un rêveur aussi génial puisse-t-il être ? Je ne suis pas certaine que la seule notion de rentabilité (ou de survie économique) soit suffisante. On ne renonce pas facilement au pouvoir lorsqu’on est en place sinon les femmes n’auraient pas mis six siècles à accéder aux plus hautes sphères. Il faudrait un sacré arsenal idéologique pour étayer de tels changements et tout autant de personnages engagés pour prendre les coups et faire avancer les mentalités (c’est peut-être ce que vous entreprenez) ;

    - Nous sommes en pleine réaction idéologique et nos pauvres penseurs sont assez peu prolixes. Je vous rejoins aussi sur les raisons qui expliquent cette stagnation… En Sciences Humaines, les chercheurs qui font carrière ne sont pas toujours ceux qui apportent quelque chose de différent… Ceux qui font leur trou travaillent dans le sens attendu et ils restent bien dans des limites auto-imposées. Les guerres intestines n’arrangent rien.

    Voilà pour ces quelques réflexions, je reviens à du plus personnel.
    Je ne sais pas comment vous remercier pour cette « révélation ». Sans cela, j’aurais sans doute continué à ne pas voir la poutre dans mon œil. Je ne suis pas idiote mais, je n’ai jamais songé à retourner la question et à me demander s’il ne manquait pas un petit quelque chose aux autres (après tout, on peut aussi concevoir cela sous cet angle ?).

    Je vais maintenant « faire avec » sur le plan professionnel et dans mes relations familiales, construire des stratégies pour cadrer certains points qui sont à ma portée et tenter d’utiliser mon tempérament comme un levier. Evidemment avec la complicité et le travail de mon psy, on n’est pas zappeuse sans en souffrir et je fume comme un pompier (ou une cheminée en anglais, comme vous voulez !).

    Au fait, j’adore votre tee-shirt, dites-moi s’il y a des droits d’auteur ! Je crois bien que je vais en commander un à mon mari qui veille sur sa zappeuse comme sur la prunelle de ses yeux ! A la maison, on utilise maintenant ce terme avec humour : le chien est un zappeur s’il bouge trop, on se moque de notre hyperactivité lorsqu’on est vautré sur un canapé etc. Au moins, je n’ai pas complètement pourri la vie de mon mari puisqu’en dépit d’une vie professionnelle décousue, il continue à aimer mon déluge de paroles, mes mille idées à la minute et à penser que « je suis à prendre ou à laisser ».

    Pour nous, il n’est pas trop tard pour faire demi-tour et ne plus jamais se pourrir la vie parce que Madame n’entre pas dans les cases.

    Bien cordialement,

    Elzap

    View Comment
    Répondre
  13. ROSSAT Marie-Chantal

    Mon fils qui m'a créé tellement d'angoisse m'a dit d'écouter votre émission. Il se retrouvait dans les zappeurs et a fait également le lien avec moi... il m'a enfin comprise...
    Une réponse à toutes ces questions restées sans réponses... et des reproches de mes enfants et ma famille. Je me sentais tellement en souffrance qu'il me semblait avoir le coeur dur... Je me comportais comme quelqu'un d'égoïste. Un mal être qui m'empêchait d'agir et de créer des conctacts , c'était paradoxal car lorsque j'y étais confrontée, j'étais tout à fait à l'aise, j'aime les gens.
    J'ai eu une double scoliose très prononcée... 2 ans en rééducation dans des centres spécialisés, scolarité par correspondance. Je n'ai fourni aucun effort. Je n'étais pas motivée pour le faire.
    J'étais donc mal dans ma peau et dans ma tête depuis très jeune. Et quand j'ai pris conscience de cet état j'ai fait de la dépression à 20 ans. Je peux dire que ce qui m'a aidé c'est d'avoir eu un mari et des enfants. Mon état s'est un peu amélioré pendant quelques années, je me suis arrêtée de travailler pour eux et pour fuir également ce mal être que j'avais au travail.
    Aujourd'hui j'ai 60 ans je souffre de solitude ce qui n'améliore pas mon état d'être. Je pratique le KI KONG, je sens que ça me ré-équilibre et votre émission va également beaucoup m'apporter. Un grand merci

    View Comment
    Répondre
  14. Sylvie

    Ca fait 20 ans que j'accompagne mon fils qui est TDAH et ça fait 20 ans que j'angoisse pour son avenir.
    Il est en centre de formation handball ce qui l'aide à canaliser son énergie.
    Durant ses 3 ans de formation il na jamais pu mener à bien ses études, 3 changements d'orientation et en même temps addiction aux jeux vidéo. Des séances avec un addictologue l'ont bien aidé ainsi que ses performances en sport.
    Aujourd'hui votre livre me donne donne plein d'espoir car mon seul but est qu'il garde toujours confiance en lui peut m'importe son orientation dans le monde du travail.
    Ces dernières année j'ai toujours senti chez mon fils un mal être qu'il ne veut surtout pas montrer mais en tant que mère je le sais et je passe mon temps à surveiller qu'il ne perde pas confiance, à lui expliquer qu'un jour il trouvera sa voie et que toute cette énergie sera un plus pour lui.C'est difficile car il est à 300 km et ne vient que 3 ou 4 fois par an. J'ai pensé que cette coupure l'aiderait à mieux s'assumer mais j'ai vite compris que son syndrome le rattrapait et que seul tout est difficile dans une telle société.
    Son père, son frère et sa soeur l'ont longtemps mis dans la catégorie des fainéants et m'ont sans cesse repproché de trop le gérer.
    Dernièrement je lui ai envoyé l'émission sur France inter et je lui est acheté le livre pour noël.
    Il s'est vraiment senti moins seul après l'écoute et lui qui ne lit jamais m'a assuré qu'il qu'il lirait ce livre. J'ai senti qu'il en avait besoin.
    Ces ados se perdent facilement , il faut veiller sur eux et les aider à croire en leur capacité car ils en ont énormément.
    Moi je crois encore plus en mon fils après votre livre et je vous remercie .
    Merci

    View Comment
    Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Bonjour
      Votre commentaire me fait chaud au coeur car c'est exactement dans ce but que j'ai écrit ce livre. Certes, je souhaitais aussi que des zappeurs adultes méconnus se reconnaissent.

      Mais surtout, surtout, je voulais renforcer l'estime de soi chez les zappeurs maltraités par le cadre contraignant de notre société moderne, et prédire un retour en grâce des qualités des zappeurs dans un monde en pleine accélération.

      Je lui souhaite bonne chance !

      View Comment
      Répondre
      1. Pascale Kral

        C'est réussi alors ! Un si grand merci !
        Moi aussi, comme Sylvie, je me dis maintenant même que mon fils est un "être supérieur" et pas un individu pathologique qu'il faut soigner.
        C'est la société qu'il faudrait soigner !
        Selon le test, je suis, moi aussi, TDAH et.. fière de l'être, à peine découverte.
        Je vais écrire un article sur votre livre dans le webmagazine des Urbains de Minuit, un collectif d'artistes niçois pamphlétaire et qui essaie de changer la société en reliant les conscience par l'art et la culture, plutôt alternative...Voir http://www.lesurbainsdeminuit.fr . Je me demande d'ailleurs, si nous ne sommes pas tous un peu TDAH dans ce collectif !!
        Je suis actuellement, grâce à vous, en contact avec Nalise, qui a opté pour l'Unschooling (école à la maison) pour sa fille TDAH. C'est ce que j'aimerais faire car mon fils le réclame et devient allergique à l'école. Il s'exprime avec une lucidité étonnante qui remet en question certaines personnes dont le directeur de son école (très très très gentil) et la psy scolaire qui, restent sans voix devant certaines réflexions.
        Avez-vous un avis sur la question d'instruire un enfant TDAH à la maison
        Merci et de belles fêtes?

        View Comment
        Répondre
        1. Dominique Dupagne

          Bonsoir

          Instruire un zappeur à la maison, quand on peut se le permettre, est une très bonne chose. Surtout quand, zappeur ou zappeuse soi-même, on comprend intuitivement la méthode d'apprentissage qui lui convient.

          Les sports collectifs ou des activités extra-scolaires qui lui plaisent peuvent suffire à le socialiser.

          View Comment
          Répondre
          1. Pascale Karl

            Merci pour votre réponse. Je suis convaincue que l'école atteint ses limites avec ces enfants là. Le système scolaire tel qu'il est n'est plus adapté à la société contemporaine, en général.
            Vous avez certainement lu ou entendu parlé de Salman KHAN et le KHAN ACADEMY...La classe inversée.... http://www.khan-academy.fr
            traduit en français par Bibliothèque sans Frontières...avec des soutiens énormes. C'est un nouveau paradigme possible ou... nécessaire, sinon, dans 10 ans, nos enfants seront tous étiquetés TDAH.
            Bonnes fêtes et merci.

            View Comment
  15. Labouche-Minet

    Bonjour,

    je viens d'acheter votre livre, mais comme un paquet de livre que j'ai acheté sur internet ou en magasin, le temps de le recevoir, j'espère que je n'aurai pas déjà perdu la passion que j'ai eu en l'achetant...
    😉
    Cela dit le format de 80 pages nous convient bien !

    View Comment
    Répondre
  16. Doña Juana

    C'est grâce à ma fille que j'ai eu accès à votre livre , j'avais par ailleurs écouté l'émission sur Inter avec intérêt . Maman disait que nous n'étions pas comme les autres , mais que ce n'était pas de leur faute , ils ne pouvaient pas nous comprendre , c'est tout . Je me souviens de ses commentaires ironiques à la réception des bulletins scolaires , sur lesquels on a pu lire : 20/20 , peut mieux faire ... Ou encore , concernant l'un de mes frères : doit tricher , se contente de donner les ( bons ) résultats , avec la mention : Trop long à expliquer . Pour ma part , j'ai eu la chance d'avoir quelques maîtresses émerveillées par mes capacités et qui me donnaient des tas de choses à faire et à apprendre pendant que les autres finissaient les exercices , la rédaction ..."
    Grâce à une ambiance familiale très gaie , conscients et fiers d'être hors normes , nous avons moins souffert , probablement . Je me souviens cependant de cette sensation d'être incomprise . Parce que je goûtais à tout , j'arrivais très vite à faire mieux que les autres , on fondait en moi des espoirs de prodige , et ...je laissais tomber pour un nouvel engouement .
    Zapping aussi dans ma vie sexuelle dès son début précoce , ce n'est qu'à l'âge de 30 ans que j'ai résolu d'être monogame . Et je n'ai trouvé la stabilité amoureuse qu'à 44 ans , auparavant je changeais d'homme de ma vie tous les deux ans .
    Je ne vais pas ici raconter toute ma vie , mais il y a huit ans que je suis traitée pour troubles bipolaires , et je me pose la question du bien-fondé du diagnostic , et donc de la poursuite du traitement . Certes , j'ai traversé plusieurs épisodes dépressifs majeurs , ainsi que des périodes d'exaltation . Je me considérais comme border Line , mais il me semble que ma différence n'était pas pathologique .
    Si aujourd'hui je me pose la question de la poursuite ou de l'arrêt du traitement , c'est que d'un côté je me sens moins créative , mais d'un autre côté je suis plus facile à vivre pour mon homme et mon entourage professionnel .
    Qu'en pensez-vous ?

    View Comment
    Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Bonjour
      J'en pense qu'arrêter un traitement prescrit pas un médecin ne doit pas se faire suite à une lecture. Il faut en parler avec votre psychiatre. Vous posez la question de l'influence des psychotropes sur la créativité. C'est une question très difficile qui n'a pas de réponse univoque.

      Par ailleurs, zapping/TDAH et trouble bipolaire sont souvent associés et pourraient avoir des déterminants génétiques communs.

      Enfin, se pose la question effleurée dans le livre des liens entre le zapping et la surdouance. La surdouance pourrait être un mode de zapping associé à une bonne mémoire et à une capacité au travail multitâche. En effet, le zappeur est incapable de faire bien plusieurs choses à la fois, contrairement au surdoué. Cela dit, il me semble que l'aptitude au travail multitâche (simultané) est un caractéristique très féminine.

      View Comment
      Répondre
      1. En soi, déjà, lire qu'on peut sortir de la norme, c'est beaucoup. Ensuite les pistes telles que l'émission dont tu m'avais envoyé le lien, Dominique, affinent ce sentiment d'enfin trouver ce que l'on est.
        Arf, heureusement que Mamie avait compris et nous a tous prévenu de ça. Fonctionner différemment n'est pas toujours simple. Outre les cas où on est inadapté au moule dans lequel faut rentrer, y'a tous les comportements punitifs de ceux qui ne le comprennent et ne le supportent pas.
        Maintenant j'assume un peu mieux cela, grâce à toi, j'en reviens aux fondements maternels qui me plaçaient dans un référentiel certes à part, mais juste.
        C'est pas encore tout gagné, mais déjà j'ai osé m'exprimer pour pointer une erreur monstrueuse dans un protocole hospitalier dont la bienséance normative voudrait que je ne m'en mêle pas.
        Le chemin sera long.
        Merci à tous les deux.
        [Maman, je te présente Dominique ; Dominique, je te présente ma Maman]

        View Comment
        Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Bonjour
      Je n'en pense rien car je ne connais pas votre fils et que je ne donne pas d'avis médicaux sur internet. C'est votre médecin qui doit vous dire ce qu'il en pense.

      View Comment
      Répondre
    2. Nicholas Anderson

      Je suis TDAH et ai eu des TRES mauvaises expériences sous Risperdal.
      Le Risperdal bloque la dopamine au niveau des recepteurs D2 et justement l'Hyperactif a besoin de cette dopamine.
      C'est donc un traitement qui n'a pas de sens.
      De plus le traitement de premiere intention est la Ritaline.

      View Comment
      Répondre
  17. shizukuhana

    Bonjour,

    Je vous remercie sincèrement pour cette explication ainsi que pour le test !!!
    J'ai vingt ans et je suis zappeuse confirmer (résultats supérieur a 900) depuis très longtemps je me suis rendue compte que mon cerveau aller plus vite que mes actions comme par exemple j'aime bien écrire des histoire mais je doit me relire sans arrêt car j'oublie des mots ou j'en accole d'autre ou bien j'écris le début d'un mot et la fin du mots suivant dans un même mots !!
    Les professeurs me disait sans arrêt que je faisait des fautes d'inattention alors que je me relisait 3 ou 4 fois avant de leurs donner mais la encore quand je relisait je devait faire un effort de concentration pour trouver mes fautes mais par contre je changeais sans arrêt la tournure de mes phrase !!!
    Par contre, j'avais du mal en mathématique mais il m'arrivait de comprendre certaine choses avant les autres mais c'était rare !!!
    J'ai toujours eu une imagination débordante et quand je lis un livre qui me plait le monde autour de moi n'existe plus au point ou je n'entend pas les autres m'appeler et c'est comme ça depuis longtemps je me demandais si j'étais la seule et vos explications m'ont rassuré tout comme les commentaires des autres zappeurs dans lesquels je me retrouve très bien !!
    Aujourd'hui je me sent mieux maintenant et je vais certainement lire votre livre !!!
    Merci encore !!!

    View Comment
    Répondre
  18. Gilou

    Vous m'étonnez docteur. Vous tombez dans ce panneau. Il est assez évident que cette nouvelle maladie n'est qu'un comportement dû à la multiplicité des envies et des angoisses générées par une absence totale de fraternité et de confiance les uns pour les autres.
    Prenez de la ritaline.

    View Comment
    Répondre
  19. Nicolas

    Merci pour ce livre Dr Dupagne.
    J'avais déjà ressenti un soulagement à l'écoute de LaTAC sur FI.
    Là, c'est quasiment une renaissance, bien mieux que toutes les psychothérapies que j'ai tentées. Et ça ne fait que "monter" de jour en jour, j'ai l'impression.
    Je dirais qu'il est à mettre entre toutes les mains, mais est-ce que les non-"zappeurs" (faibles "zappeurs") peuvent comprendre, admettre, imaginer, ça (le "high-zapping") aussi bien que les gros "zappeurs"?

    View Comment
    Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Non, beaucoup de non-zappeurs affirment que tout cela n'existe pas, et que les zappeurs sont tout simplement des inattentifs, des paresseux, des égoïstes. C'est vraiment désolant. Mais je me rends compte que c'est très difficile de comprendre les zappeurs quand on n'est pas zappeur(euse) soi-même. Un peu comme il est difficile de comprendre qu'un hypocondriaque croit vraiment qu'il a un cancer quand il a une boule sous le menton et qu'il n'en dort plus, quelle que soit son intelligence ou sa rationalité.

      View Comment
      Répondre
  20. Nicolas

    J'ai réfléchi un peu après avoir poster, en me posant la question inverse.
    Le résultat est que j'admets bien sûr, mais comprendre/imaginer, pas trop.
    Ce sont des différences de tempérament au final, il n'y a rien à chercher à comprendre.

    View Comment
    Répondre
  21. Gilles ORENGA

    Bonjour,
    Je viens de finir la lecture et je ne regrette pas d'avoir fait cet achat (en 2 ex. pour mieux le prêter ! Je percevais, à la consultation du site et du zaptest que j'aurai envie de le partager). Je recommande vivement la lecture autour de moi. En tant que professionnel de l'éducation (principal de collège) et zappeur partiel, les situations décrites me renvoient pour partie (grosse partie soyons honnête) à mon expérience et pour une aussi grosse partie à des situations d'élèves.
    J'adhère complètement au constat d'une éducation nationale uniforme qui ne fait pas de place aux atypiques et à l'impérieuse nécessité de valoriser tous les jeunes pour toutes leurs capacités, fussent-elles difficiles à faire rentrer dans une classe de 30 élèves et plus. Je crois que seuls les atypiques qui réussissent à suffisamment compenser, parce qu'ils trouvent seuls les parades ou parce qu'ils y sont aidés, tirent leur épingle du jeu.
    Je n'ai pas de solution miracle pour que l'école soit suffisamment adaptative et suis convaincu qu'il ne faut pas forcément de solution miracle car les agités du bocal le sont à vie, comme tous les porteurs de particularités quelles qu'elles soient. Il faut apprendre à vivre avec dans une société diversifiée. Les personnes qui nous entourent ou que nous côtoyons sont plus ou moins capables ou disposées à accepter et à composer avec la diversité. Nous ne pouvons pas les y contraindre et devons nous y adapter.
    Cette particularité des agités du bocal, comme bien d'autres diversités, a besoin d'être portée à la connaissance du plus grand nombre (merci à France Inter) pour qu'elle soit comprise et acceptée. Dans l'éducation nationale, nous devons veiller, avec encore plus d'efficacité à la faire connaître pour que les dégâts soient les plus faibles possibles. Dès maintenant, je m'y emploie.
    Je sais que je rencontrerai quelques réactions comme celle de Gilou (similitude de prénom ne vaut pas accord !) et je ne vais voir pas voir des zappeurs partout comme d'autres voyaient des nains ! Ouverture d'esprit, attention aux autres et volonté de construire ensemble plutôt qu'en opposition pour que chacun y trouve son compte.

    Bravo pour ce livre. Vendez en beaucoup.

    View Comment
    Répondre
      1. Flo

        bonjour,
        Il vaudrait mieux vous méfier de certains principaux de collège qui ont la bonne parole, mais qui ne sont pas fichus capables d'entendre, comprendre, un enfant de 10 à 14 ans. Parole Parole et encore des paroles.... Il est capable de dire face à la fragilité de certains élèves, "il faut que votre extra terrestre rejoigne les terriens..." Pas de différences possibles, surtout pas... Il a conduit à l'échafaud et ce n'est pas une vaine phrase un enfant de 14 ans le 30 novembre dernier par son incompétence... TDAH, Dys, Autisme, il ne connaît pas...

        View Comment
        Répondre
  22. Greiber

    Je trouve la réaction de Gilles formidable, qu'un principal de collège réagisse ainsi c'est vraiment génial...que de vies gâchées, de scolarités qui ont tourné court, pour des incompréhensions de la part de la famille et de l'Education Nationale, tout cela parce que l'on est différents et que l'on ne fonctionne pas de la même façon que les autres.
    Je vais de ce pas acheter ce livre car vous m'avez vraiment donné envie.
    Je ne sais pas qui mettre dans les zappeurs parce que je n'ai pas lu le livre, mais je vois bien les enfants précoces et les TDAH.

    View Comment
    Répondre
  23. bruno

    Bonjour,
    J'aimerais savoir si vous étiez en 2002 ou 2003 dans le cursus de l'université de Dijon en micronutrition, il me semble vous connaître.
    Je suis conférencier me médecine fonctionnelle, et un zappeur aussi. J'ai beaucoup ri sur l'interprétation de Colombo....Bravo très bien décrit et bien dans le mille.
    Je m'interesse à la pathophysiologie du THADA qui est passionnante. l'aspect génétique et fondamentale même si il existe des causes environnementales et nutritionnelles.
    Par contre, en France, le niveau dee compétences est assez médiocre. Entre le ADHD et le ADD, il existe une divergence énorme et peu connue des psychiatres.
    J'ai soigné pour l'instinct mon ADD de façon non médicamenteuse, non pas que je ne crois pas aux médicaments mais par le fait qu'en France qu'il existe uniquement la ritaline, peu éfficace dans l'ADD mais plutôt dans l'ADHD.

    View Comment
    Répondre
      1. bruno

        OK. Le problème des traitements avec psychostimulant ADHD et ADD vient de la difficulté de bien réguler cette dopamine. Nombreux gènes sont montrés (DR2,DR4,COMT, transporteurs,tyrosine hydroxylase....). L'attention deficit disorder sans hyperactivité souffre d'un manque de libération de dopamine et de synthèse. La ritaline contrairement aux amphétamines ne libère pas de dopamine, elle bloque seulement le reuptake DA et NE. Donc si vous manquez d'une bonne synthèse de dopamine et un manque de libération la ritaline n'est pas la molécule idéale. L'amphétamine serait plus approprié.
        Etes vous satisfait de votre traitement à la ritaline ? Je pense qu'elle est utile plus pour un ADHD.
        Le seul problème c'est qu'à long terme, la ritaline augmente les transporteurs à la dopamine, donc moins de dopamine de la fente synaptique. L'arrêt de cette molécule pourrait bien créer un déficit plus fort en dopamine.
        Pour ma part, je pense que nombreux ADHD et ADD peuvent être améliorer en jouant sur divers mécanismes afin d'améliorer la signalisation de la dopamine (synthèse, libération, MAO, COMT).
        Etes vous satisfait de votre traitement, est-ce un dosage bas ou élevé de ritaline que vous utilisez ?

        View Comment
        Répondre
  24. Sittelle54

    Je n'aurais pas eu besoin de faire le test (mais je l'ai fait quand même avec un score plus qu'honorable) car j'ai été diagnostiquée il y a quelques années très tardivement (50 ans). J'avoue que ma vie en a été très compliquée, et que j'ai beaucoup galéré surtout avant le diagnostic, l'errance diagnostique étant souvent le lot des TDAH mais pas que.... C'est moi qui ai trouvé toute seule, aucun médecin ne m'a mise sur la voie. C'est lors d'une émission que j'ai trouvé que je ressemblais beaucoup au profil. Que d'années a me demander pourquoi j'étais comme ça, à chercher constamment mes affaires, à me cogner partout dans les meubles, à avoir des difficultés à me concentrer,
    À avoir des humeurs changeantes et des émotions qui passent par toutes les phases... Mais la liste serait longue.... J'ai été diagnostiquée par un pédopsychiatre (eh oui ça rajeunit) car aucun médecin n'existe pour les adultes tout du moins dans ma région. Depuis j'ai appris à vivre avec, et j'en ai personnellement tiré beaucoup d'avantages. (Mis à part le fait d'avoir toujours à chercher..ça m'énerve). Je tire partie des mes bizarreries, je crée beaucoup et mets toutes mes émotions dans mes blocs d'argile. Je suis différente mais je cultive cette différence alors que curieusement elle m'a beaucoup fait de mal quand j'étais enfant. C'est aussi une richesse.... Nos émotions nous font vivre beaucoup de choses positives. Si cela ne nous arrange pas quand elles sont négatives, on vit les choses plus beaucoup plus intensément quand c'est bon. Donc j'ai vraiment appris à vivre avec, avec un entourage compréhensif et aimant, ça aide.
    Je pense que le plus dur cela a été le parcours scolaire semé d'embûches et parfois aussi, avant de savoir, le milieu professionnel.
    Être TDAH n'est pas toujours une tare c'est souvent une richesse. Mais il faut du chemin pour le comprendre.....

    View Comment
    Répondre
    1. BEOTIEN

      Chemin de douleur à tenter d'éviter aux plus jeunes en leur apprenant tôt à aimer cette richesse là. D'autant qu'appelé à redevenir un foutu avantage sélectif dans un monde mouvant dont nomadisme et adaptabilité sont les valeurs montantes en passe de ringardiser définitivement celles issues de la ruralité.

      View Comment
      Répondre
  25. Balandier

    Bonjour , je suis lyceene on ne ma jamais diagnostiquée zappeur car mes parents pensaient juste que j' étais rapide mais en faite non . Comme javais des facilités je me suis reposé sur mes acquis toute ma scolarité . J'ai sauté le CE1 comme je ne m'interresais pas au cours et que javais appris a travailler seule . Je ne travaille que ce qui minteresse. J'ai pratiqué plus de 10 sports en 14 ans . Dans ma vie quotidienne , je me suis brulée des tas de fois en faisant la cuisine , souvent car je faisait 3 choses en meme temps. Mais le TDAH ma donnée une force , je suis plus mature plus autonome , je reflechis enormement , plus que la moyenne plus rapidement et j'assimile extrement vite , je comprend et analyse observe tout autour de moi . Depuis que je suis petite je bouge tout le temps mais jai toujours reussi à concentrer cette energie et la garder pour le sport. En cours , on ne ma jamais trouvé agité physiquement mais dans ma tete. Je m'entend mieux avec les adultes qu'avec les jeunes avec qui je n'ai pas l'impression de grandir. Je sais pas si ca vient de se trouble mais j'ai un caractere qui me pousse a donner aux autre et je deteste recevoir d'aide : je veut etre autonome jusqu'au bout. A 15 ans j'ai dressé mon profil psychologique seule . Je voulais tous savoir sur moi , pourquoi je reagissais comme ca pour quoi j'etais differente. Je suis allée jusqu'a etudier les comportments de les camarades de classe .
    J'ai trouver un refuge dans la psychologie et la philosophie .Le TDAH certe peut apporter lechec scolaire et professionelles si on se demotive et si on le laisse prendre le dessus mais si vous etes motivé et que vous souhaiter avant tout reussir et realiser vos reves metter toute les chances de votre coter et garder votre motivation

    View Comment
    Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Bonjour
      Merci pour ce témoignage, mais vous devriez consulter un psychiatre pour obtenir un diagnostic. Ce que vous décrivez ne colle pas bien avec le diagnostic, notamment la maturité précoce. Et il ne faut pas dire que le TDAH est un problème de motivation. Le zappeur adorerait se motiver pour ce qui l'ennuie, c'est juste qu'il ne peut pas.

      View Comment
      Répondre
      1. BEOTIEN

        "Ce que vous décrivez ne colle pas bien avec le diagnostic, notamment la maturité précoce."

        Heuuuuuu... Comme écrit à l'instant : pile poil ce que j'aurais pu écrire de moi à son âge, et idem de mes deux fils (mon hypothèse étant qu'il peut s'agir du résultat de l'addition au TDA de la précocité, exigence de complexité de l'une + de stimulation de l'autre = impérieuse nécessité d'aller vers les personnes et les centres d'intérêts susceptibles d'y répondre. Donc évidemment les "normaux" de son âge (et pas n'importe quel adulte non plus parce qu'on est vite désenchanté par l'ordinaire des adultes).

        Toutes choses qui n'excluent en rien des tas d'autres manifestations de looooonnngues persistances d'immaturité. Voire de gaminerie. A commencer par une inusable appétence pour la déconne. D'où, vieillissant, bien plus de complicité avec enfants, ado... (inclus de 90 ans pourvu que bien fournis en neurones restés hyperactifs. Vous savez, ceux qui débordent tellement des yeux qu'on les repère à cent mètres.

        View Comment
        Répondre
    2. BEOTIEN

      "Je m'entend mieux avec les adultes qu'avec les jeunes" attendez une trentaine d'années et ce sera l'inverse !
      Sérieux, j'aurais pu écrire la même chose au même âge, et 50 ans après, les cervelles toutes ankylosées de certitudes de tant de vieux (les plus de trente ans) me font les fuir.

      Deux suggestions :
      1. Si pas trop loin de Paris ou Nantes... faire un tour dans les lycées autogérés.
      2. Avant psycho, philo... étho : vous gagnerez un temps fou en remettant la pyramide à l'endroit.

      View Comment
      Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Oui, très difficile. J'avais heureusement des facilités dans les matières scientifiques, ce qui m'a permis de reussir le concours.

      Ensuite, j'ai fait le choix de me former à l'hôpital, en y passant du temps pendant que mes collègues cherchaient au contraire à rentrer chez eux très tôt pour potasser leurs cours. J'ai appris la médecine "sur le tas".

      Et quand j'ai eu fini mes études, j'ai travaillé pour moi, pour ce qui m'intéressait, ça c'était facile. Et du coup je suis devenu enseignant à la fac 😉

      View Comment
      Répondre
      1. catseyes

        Bonjour,
        Je me posais exactement la même question... Comment est-il possible avec un tdah de faire médecine ? j'imagine qu'à l'époque vous n'avez pas eut de Ritaline... il faut donc tabler sur la motivation !! Qu'est ce qui vous a motivé à ce point ?
        Je m'interroge car ma fille tdah dit qu'elle veut etre medecin alors qu'elle n'est qu'en primaire et que c'est déjà sport de la faire aller à l'école !! 😉

        View Comment
        Répondre
        1. Dominique Dupagne

          En fait, je fumais 2 paquets de cigarettes par jour, c'était mon psychostimulant, toxique et cancérigène... Mon TDAH est devenu insupportable quand j'ai arrêté de fumer.
          J'espère qu'aucun TDAH n'en déduira qu'il ira mieux en fumant ! Tant qu'à utiliser un psychostimulant, le méthylphénidate est de très très loin le moins dangereux (et le plus efficace)

          View Comment
          Répondre
  26. Evelyne

    Bonjour,

    Je commence depuis peu à mettre des mots sur ce que je suis. À 35 ans je ne sais pas encore ce que je ferais lorsque je serais grande! Enfant j'ai toujours eue cette agitation intellectuelle, ce goût de tout connaître, tout savoir, tout expérimenter, tout comprendre. J'étais une alien à la découverte de la terre tentant d'imiter les comportements pour ne pas me faire repérée!!!
    J'ai été interpellé par vos propos sur internet dans votre livre. J'ai eue un ordinateur à l'age de 22 ans. Durant le premier mois d'utilisation, j'ai passée mes nuits à ouvrir et fermer des fenêtres en guise de transition entre mes rêves et mes pensées à peine éveillée.
    J'ai compris que je modifiais quelques chose dans ma méthode de réflexion.
    Avant l'arrivée du web dans ma vie je cherchais constamment des réponses faisant appel à ma mémoire, aux livres, à mon entourage ou au temps, ce qui pouvait parfois être long je me distrayait autrement en attendant. Maintenant j'ai toute les réponses à porter de clic, c'est rapide et ma pensée à encore fait place à plus de rapidité , mais aussi à plus de confusion, une réponse amène un nouveau questionnement qui amène à une autre réponse et une autre question ainsi de suite et je retiens un bon 70 à 90 % de ce que j'étudie ou apprend ce qui m'amène à être semi experte dans une multitude de sujet sans en être réellement jamais tout à fait expert ou compétente. Je deviens tellement surchargée que je ne sais plus quoi faire de mon savoir et mon cerveau devient de plus en plus gourmand. Avant j'avais une dizaines de passions rotatives c'est à dire que au gré de mes humeurs ou pulsions je me lançais dans, soit la peinture quelques jours ou semaines ensuite le tricot ou la littérature, etc. pour revenir quelques mois plus tard à la peinture et hop un autre tournée boulimique. Maintenant, je ne peux m'empêcher de varier de façon compulsive mes connaissances et tout cela en étant maman de 3 enfants qui ont des troubles tdah et tout le tralala d'une vie de mésadaptée sociale et de chaotique ménagère qui m'ont menée jusqu'à l'épuisement. Apprendre et savoir reste viscérale, malgré cette fatigue qui m'accable et de ne pas savoir laquelle de ces passions ou apprentissages m'aidera à gagner ma vie(en arrêt de travail depuis 2 ans). Je me sens paralysé, j'ai toujours peur de faire de mauvais choix (comme votre type loser!)
    Suis-je la seule dont la boulimie est le savoir et qui ne connaît pas encore ses compétences?

    Merci pour votre livre, il m'a fait du bien ce matin!

    View Comment
    Répondre
    1. nave

      Bonjour,

      Moi c'est pareil j'ai actuellement 19 ans et je crois que après avoir chercher ma vocation dans pratiquement tout les domaines, je pourrais valider par les acquis de l'expérience le métier de conseiller d'orientation psychologue.

      Sur ceux j'aimerais savoir si vous avez des conseils à apporter afin de pouvoir faciliter un choix professionnel paralysé par une multitude d'envie diverses et variés.

      View Comment
      Répondre
    2. BEOTIEN

      Pour avoir eu un parcours tout à fait semblable, je me suis fendu d'un long exposé pour vous dire comment j'ai fini par accéder à assez de compréhension de l'ordre du monde (éthologie, systémique, etc) pour me sentir enfin en paix. Mais une manipulation malencontreuse ayant tout bouffé... TDA oblige me sent pas de m'y remettre. Mais si le coeur vous en dit et que, via ce site ou son administrateur que j'autorise à vous communiquer mon mail, nous pouvons prendre langue... quand vous voulez.

      View Comment
      Répondre
  27. Bonjour,
    je suis co-réalisateur d'un webdocumentaire sur la souffrance scolaire des enfants TDAH à haut potentiel. L'école qui bien souvent cristallise les maux de ces enfants n'arrive pas à prendre en charge ces enfants et cause beaucoup de souffrance chez ces enfants mais également chez les parents, et les enseignants. Afin de faire bouger les choses nous souhaitons donner la paroles à tous les acteurs de ce problèmes puis rédiger un rapport que nous comptons remettre au institutionnel. Si vous avez envie de nous soutenir dans notre démarche rendez vous sur la page facebook de notre webdocumentaire : https://www.facebook.com/webdoctdah ou sur notre adresse mail webdoctdah@gmail.com.

    View Comment
    Répondre
  28. Deborahharry

    Bonsoir,
    Je vient de faire ce test suite à un article trouvé par hasard sur le net.
    Il a révélé sans grande surprise que j'étais une zappeuse confirmée.
    J'ai lu absolument tout les commentaires et je suis extrêmement touchée de voir que, premièrement je ne suis pas la seule à souffrir de cette différence, et deuxième, que cela peut de révéler être un atout. J'ai 19 ans et redouble actuellement ma première année de droit,j'avoue ne pas être certaines de ce choix d'orientation. Mais ce qui m'inquiète le plus dans ma vie, c'est les relations sociales avec lesquelles j'ai énormément de mal. Je souffre d'un gros manque de confiance en moi, personne me comprend et ne m'aime etc etc je ne vous apprend rien (et ça soulage :D) , j'aimerais si possible rentrer en contact avec une personne de mon âge ou aux alentours (ou autre je suis prenante) qui souffre du même problème, que l'on puisse en discuter et avancer ensemble car dans mon entourage, que ce sois familiale , amicale ou amoureux, bien que je sois une personne qui communique énormément et tente en permanence d'expliquer mes ressenties, avec il me semble énormément d'objectives, personne ne doit m'aimer assez pour me supporter lol.
    J'ai mal, j'ai tendance à adopter un comportement bipolaire , mes émotions varient et je peux m'effondre parce que j'ai pas réussi à poser mon mascara correctement.
    J'ai aussi de gros problèmes pour la fac comme vous l'aurez compris, je connais mes capacités et sais ce sont je suis capable mais je ne me met jamais au travail, procrastination encore et toujours (je suis actuellement sans carte d'identité et carte vital lol ça aussi c'est très embêtant) , et je ne vais pas en cours, je ny arrive pas sois je me sens vraiment fatiguée sois pas à l'aise avec moi même, opprimée par le regard des autres etc. Bref visiblement un bébé tdah qui a besoin d'amour et d'aide car pas la force de me battre seule envers et contre tout.
    Si quelqun qui se reconnaît dans mes paroles (j'ai essayé d'être concise) mon Facebook : Déborah Harry (je suis brune peau hâlé au cas ou trop de choix, ma photo de profil n'est pas à l'endroit)

    Merci

    View Comment
    Répondre
      1. Pascal

        Bonsoir
        Je trouve vos réponses un peu légères vu le sujet!!! La petite Déborah H crie sa souffrance comme d'autres d'ailleurs et vos répliques sont cinglantes!!! Vous êtes médecin? J'ai du mal à le croire!!!! Une certaine notoriété vous aurez monté à la tête ou est ce votre tempérament? Nul ne détient la science infuse que je sache!!!! Du coup je doute de vos écrits au final!!!!
        Bref après avoir lu votre livre je ne reconnaît pas le type qui réponds a ces commentaires!!!! Vous pourrez me taxer de ce que vous souhaitez mais il en est ainsi!!!

        View Comment
        Répondre
        1. Dr Dominique Dupagne

          Bonjour
          Je ne comprends pas votre réaction. J'invite Deborah à venir partager avec d'autres TDAH et je l'ai mise en garde contre la rupture de son anonymat. Je ne vois pas ce qu'il y a de "cinglant" dans tout cela.

          View Comment
          Répondre
  29. Anne

    Cher confrère, bonjour,
    cette nuit, j'ai lu votre livre "le retour des zappeurs". Quel bonheur ! Je suis pédiatre, maman de trois filles maintenant jeunes femmes. J'ai beaucoup appris d'elles. Ce sont leurs parcours scolaires qui m'ont amené à m'intéresser d'abord aux enfants HP, puis aux "troubles des apprentissages". Ma pratique de pédiatre s'en est trouvée fabuleusement enrichie. Aider un enfant à comprendre pourquoi il a mal a la tête ou au ventre (et autres symptômes...) est plus passionnant que de diagnostiquer des rhinopharyngites...plus valorisant aussi... Mais en les aidant à "s'adapter" pour mieux vivre l'école, j'ai le sentiment de les trahir aussi, ressentant leurs "troubles" non pas comme des maladies mais comme des "différences"dont l’école, trop normative (voire psychorigide) ne peut, ou ne veut pas tenir compte.
    Je suis aussi consternée par un sujet dont on ne parle jamais : le coût que ce formatage scolaire entraîne : tous les orthophonistes, psychomotriciens, ergothérapeutes, orthoptistes, psychologues, pédopsychiatres et autres psychothérapeutes qui essaient de "rééduquer" l'enfant afin qu'il soit plus "adapté" au système d'éducation. Tous ces gens sont bien intentionnés (comme moi !) et font, pour la plupart, très bien leur travail, mais que d'énergie et de temps perdus... car s'il n'y avait pas d'école, il n'y aurait pas de "trouble des apprentissages" 🙂 !
    Donc ma lecture de cette nuit m'a confortée dans mon désir de défendre mes petits patients tout en respectant leurs spécificités ! Pas facile, vous avez des pistes ?
    Et puis, évidemment, il y a des zappeurs chez moi et je viens seulement de comprendre pourquoi mes filles, si malheureuses à l'école, si peu dans la "réussite scolaire", se sont tellement épanouies dans les professions qu'elles se sont choisies !
    Non, elles ne sont pas médecins...Mais elles sont géniales et je leur ai déjà envoyé le lien de votre livre afin qu'elles en soient persuadées (l'école fait beaucoup de mal à l'image de soi...).
    Et puis il y a aussi mon mari, médecin généraliste malheureux, écrasé par la paperasse, bricoleur génial et cuisinier hors pair...
    Enfin quoi, des milliers de merci...à partager avec le Dr Revol qui nous a conseillés cette lecture 🙂 !

    View Comment
    Répondre
    1. catseyes

      Bonjour,
      Je m'interroge... On accuse beaucoup l'école car les enfants y passent la plus grande partie de leur temps et que les zappeur y sont presque toujours en situation d'echec.. Mais "s'il n'y avait pas l'ecole" comme vous dites... est-ce que ca serait mieux ? Je veux dire que le zappeur a besoin d'un cadre pour être contenu et ne pas se perdre dans sa tendance à "zapper" justement...
      J'ai envisagé de faire l'école à la maison à ma fille mais je crains que ça ne soit pire car elle zappe trop pour pouvoir tirer bénéfice de cette "liberté" d'apprendre à son rythme... Les pédagogies actives style Montessori, Freinet, se sont aussi avérées inopérantes : trop de liberté dans les apprentissages = zapping incessant... Pas que cela nuise à ses compétences.. non.. quelque soit la méthode et le contexte, elle apprend... mais trop de liberté exacerbe son anxiété et ses difficultés relationnelles... et ca..vraiment... je ne vois pas comment l'améliorer...

      View Comment
      Répondre
      1. Dominique Dupagne

        Bonjour
        Votre question est très intéressante. En effet, la notion de "besoin de cadre" est très répandue.

        Les zappeurs/euses sont justement réfractaires, naturellement, au cadre. Ils ont besoin d'un grand espace de liberté. Ceux qui "survivent" à l'âge adulte choisissent des métiers ou leur individualisme est respecté.

        La vie adulte suffit à apprendre au TDAH la nécessité d'un minimum de compliance aux contraintes sociales. Les imposer dès l'enfance trop strictement aboutit à "casser" le zappeur.

        Ce qui est étonnant, c'est l'acceptation de la discipline militaire par les zappeurs. Je m'interroge encore à ce sujet. Une explication très finaliste et hypothétique, serait que ces guerriers de naissance acceptent ce cadre ultra-rigique, car il a été conçu pour eux : physique, simple, guerrier, et dans la mobilité.

        View Comment
        Répondre
  30. sandra KA

    Mon ami est zappeur. Parfois il se ferme complètement, il s'ennuie, s'enferme dans sa bulle et j'ai l'impression de ne plus exister. Comment réagir face à ce comportement? Visiblement, lui poser des questions pour savoir ce qui lui ferait plaisir le bloque encore plus, il est même incapable de répondre. Il est pourtant d'un naturel très agréable, attentionné et souriant... J'en suis très amoureuse et j'essaie vraiment de le comprendre mais j'avoue ne pas savoir ce qu'il y a à comprendre lorsque je le sens si indifférent envers moi. Zappeurs ou entourage de zappeurs, merci pour votre aide.

    View Comment
    Répondre
  31. sandra KA

    Mon ami est zappeur. Parfois il se ferme complètement, il s’ennuie, s’enferme dans sa bulle et j’ai l’impression de ne plus exister. Comment réagir face à ce comportement? Visiblement, lui poser des questions pour savoir ce qui lui ferait plaisir le bloque encore plus, il est même incapable de répondre. Il est pourtant d’un naturel très agréable, attentionné et souriant… J’en suis très amoureuse et j’essaie vraiment de le comprendre mais j’avoue ne pas savoir ce qu’il y a à comprendre lorsque je le sens si indifférent envers moi. Zappeurs ou entourage de zappeurs, merci pour votre aide.

    View Comment
    Répondre
  32. Cindy K

    Bonjours j'ai fais le test de 100 question je suis une Zappeuse Partiel. J'ai du mal avec mes emploi, et je trouve que je suis pas formée assez longtemps qu'on ne me laisse pas la chance de rester a mon boulot... Je trouve tout ça injuste car lorsque j'ai appris je suis meilleure que n'importe qui et je fournis au travail comme 3! 🙁 Je dort beaucoup, je suis prète a avoir le courage d'impressionner mais je tombe toujours sur des endroit qui me donne de la pression quotidienne j'ai toujours peur d'échoué, d'etre jugée... Je suis Souvent jugée trop rapidement. les gens me disent qu'en me conaissant je suis une ''perle'' que que lorsqu'on ne me connais pas je suis détesté. J'ai un énorme sens de l'humour, mais au fond de moi je pleure souvent. Je ne comprend pas la justice bizarre qu'on a en société non plus. Je trouve que tout avance pareil, personne ne veux être eux meme... Il se suivent en troupeau alors que moi je marche l'autre côté seule dans la rue parallèle. C'est étrange, comment surmonter tout ça. J'ai énormement de talent artistique et très avancé, et je dois être seule et dans ma bulle pour les créer. Tout ce qui est routine m'énerve. Je bouge toujours la jambe lorsque je lis ou me concentre. Bref! J'ai l'impression que souvent, ceux qui me dirige, me parle chinois je leurs demande toujours de m'expliquer autrement et ils perdent tous patience avec moi, ça me décourage et je gaffe 2 fois plus... ! Help! haha

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonjour Cindy
      Faire le test est une chose, confirmer le diagnostic et trouver de l'aide en est une autre. L'étape suivante consiste à consulter un psychiatre.

      View Comment
      Répondre
  33. bea

    hello j'ai un TDAH quel métier faire. j'ai 6 ans d'expérience et je ne supporte pas les CDI . Svp aidez moi. Je m'ennuie souvent et je change . Je suis déprimée car je n'ai rien pu créer mais je ne supporte pas de rester à long terme dans la même entreprise. J'ai besoin de confiance ca n'a pas été le cas. J'ai été zappeuse pendant mes études aussi . J'aimerai de l'aide. J'ai juste un bac+3 en droit. aidez moi à trouver ma voie merci.

    View Comment
    Répondre
  34. suite

    Comment faire pour me mettre à mon compte ? Je ne suis formée dans rien. Par exemple un informaticien n'aurait pas de mal à se mettre à son compte mais moi je n'ai pas de spécialité. En gros j'ai une licence de droit seulement. Je suis actuellement en dépression et mon entourage ne me comprend pas. Au lycée j'étais bonne élève (j'ai eu 17 au bac français, 17 en espagnol...) puis après le bac je me suis écroulée. J'ai perdu 4 ans dans le vide. Après j'ai travaillé en job étudiant puis j'ai erré dans différents jobs d'assistante où je me suis formée sur le tas. Puis j'ai fait une validation d'acquis et je suis entrée en L3 et j'ai validé ma L3 de droit en 1 an tout en travaillant à coté à plein temps. En fait c'était plus pour avoir un diplôme. J'ai une sensation d'échec, je me sens comme "pas reconnue" et j'ai l'impression de ne pas être allée au bout de mon potentiel. De l'extérieur les recruteurs me voient comme une ratée avec mon diplôme obtenu sur le tard. Je sais que j'aurai pu ne pas avoir ces échecs. Le problème est que je n'ai jamais trouvé ma voie. Je m'ennuie rapidement dans un job et éprouve le besoin de changer. Du coup dernièrement je prenais des CDD /intérim mais du coup impossible de faire des projets. En plus je ne supporte plus le job d'assistant. Les gens ne déléguent pas assez je m'ennuie et ce métier me dégoute.

    Après mon bac ES j'ai avorté des années en fac plus parce que je ne me projetais dans rien donc je ne finissais pas mes années. J'ai fait 1 année de socio (avait bien commencé 17 en exposé d'éco, 15 en statistiques...) mais l'ai abandonné (car pas d'objectif) . Puis 1 an en 1ère année de droit. Pareil bien débuté. 15 de moyenne en droit civil, 16 en histoire. Là encore arrêt de l'année car dépression puis anorexie pendant 3 ans et perdue dans l'orientation. Je ressentais un profond mal être intérieur. J'ai validé une 1ère année d'école de notariat puis ai raté la 2ème (j'étais hyperactive je faisais beaucoup de sport impossible d'être concentrée sur des cours plein temps donc échec je ne supporte pas de rester long temps sur quelque chose j'ai besoin de résultats à court terme). Donc je suis partie travailler sans diplôme avec une sensation d'échec. Mon entourage ne m'a pas soutenu. Et je me sens vraiment ratée. Je sais que je pouvais faire mieux et je regrette beaucoup mais je n'arrive pas à trouver ma place.

    Mon avant dernier patron m'a dit que mon travail lui convenait mais pas le coté relationnel (je ne supporte pas les hiérarchies car les assistants sont toujours rabaissés). Et mon dernier patron m'a jugé phobique sociale. Il faut dire que c'était des milieux très hiérarchiques que j'ai fréquentés (notaire/Avocat). Je rédigeais des actes de successions, des liquidations de régimes matrimoniaux....j'aime le coté intellectuel des jobs mais on me limitait et donc je ressentais de la frustration. Quand je demandais à aller plus loin ma chef m'a dit que ce n'était pas mes affaires.

    View Comment
    Répondre
  35. Lilly

    J'ai fait votre test, il m'a dit "zappeuse légère", alors que je suis constamment dans la lune, toujours en retard, procrastinatrice, oublie ses rv, prend un objet dans la main et ensuite ne sait plus dans quelle pièce je l'ai posé. Je ne trouve pas que votre test soit efficace me concernant, difficile de faire plus dans la lune que moi. Troubles de l'attention chez moi, ça me paraît évident.

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonsoir Lilly
      Aucun test n'est parfait. Chez des femmes, et notamment celles qui présentent un TDA pur (sans hyperactivité), le test peut sous-estimer le trouve déficitaire de l'attention. Un diagnostic définitif ne peut être fait que chez un médecin spécialisé.

      View Comment
      Répondre
  36. Pascale Kral

    Bonjour à tous et à toutes et au Docteur Dupagne,
    Je reviens sur ce forum après deux ans d'absence et un sacré parcours.
    En Mars 2014, j'ai déscolarisé mon fils de 12 ans avec beaucoup de conviction et d'idéal, pensant recréer à la maison un petit système scolaire basé sur l'usage de la KHAN ACADEMY, de quelques cours particuliers et du picorage naturel de mon enfant avide de connaître.
    A l'époque, j'avais un ami qui m'a mis beaucoup de pression en me disant qu'il ne fallait surtout pas que mon enfant décroche du programme et être très rigoureux avec lui. C'était opposé à ma vision mais j'ai été influencée par son attitude et mis un peu trop de pression sur mon fils pour qu'il travaille DIRECTEMENT APRES l'avoir retiré du collège. Or, il était très révolté sur le système scolaire et nous nous sommes souvent opposés l'un à l'autre. Comme je sentais bien qu'il fallait qu'il évacue son dégoût de l'école, j'ai décidé de le laisser faire ce qu'il voulait pendant environ 2 mois. Il s'est mis à faire des créations absolument géniales en Légo (dont un flipper, totalement mécanique, avec des pièces et tout ce qu'il faut). A tel point que les assistantes sociales envoyées par l'Education Nationales furent charmées par son enthousiasme et sa créativité.
    Dans le courant de l'été 2015, mon fils a eu la nostalgie de ses copains et, il a décrété "l'école c'est moins pire que toi, maman"..... suite aux altercations qu'avaient engendré mon attitude scrupuleuse du départ. Il a décidé de retourner au collège.
    A la rentrée 2015-2016, il était tout feu tout flamme et a vite déchanté. Très compliqué pour lui de s'y retrouver dans le Jungle scolaire. Il a donc recommencé à avoir des "maux de ventre", "migraines" ... et "petites toux" qui pouvaient justifier qu'il reste à la maison..... puis de petits actes de violence ont été à déplorer à son encontre à l'école mais ça passait encore ... Jusqu'au jour où un réseau de harcèlement contre lui a été révélé et des actes de violences de plus en plus forts et dangereux ont été commis.
    L'équipe enseignante, son père et moi, sommes actuellement en pleine renégociation du statut d'Antoine au sein de son collège et les protagonistes violents ont été neutralisés.
    Néanmoins, quelle déception de voir à quel point le parcours de l'enfant TDAH est semé d'embûches, mal compris PAR MECONNAISSANCE du corps enseignant (ils n'ont aucune notion sur le sujet !) et requiert une énergie phénoménale de la part des parents, avec une usure précoce de l'enthousiasme de l'enfant.
    Avec une amie enseignante, nous envisageons la création d'un nouveau "concept" de scolarisation (créer une nième école alternative en France relèverait encore d'un parcours du combattant stérile qui ne m'intéresse pas).... une sorte d'école à la maison plus structurée, basée sur les cours de la KHAN ACADEMY et un encadrement enseignant pour les exercices.... J'espère que mon fils voudra participer à ce projet mais, pour l'heure, il tente de s'intégrer dans la système classique, en étant protégé des violences par l'encadrement, et je dirais qu'il se normalise càd aussi, malheureusement qu'il se résigne, trouve un certain confort dans son opposition et dans le coercition de ce système qui, il faut l'avouer, est loin d'être épanouissant.
    Voilà, il faut transformer nos épreuves en opportunités et en "lumière".... Ne pas perdre espoir, avoir des certitudes et les traduire en actes.
    Voilà le programme, allez, au boulot !!
    Encore merci pour votre livre, vos réponses, ce que vous avez apporté.

    PS : a noter aussi, mon fils va beaucoup sur internet et s'y informe de toutes les manières possibles et imaginables. Il s'intéresse maintenant beaucoup à l'électronique, à l'électricité et au travail du bois. Il navigue énormément et a accumulé un volume important et anarchique de connaissances de tous ordres, ce qui correspond à l'analyse que votre livre communique. Merci pour cela car grâce à vous, je fais la paix avec les écrans.

    View Comment
    Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Bonjour Pascale
      Merci pour ce témoignage sincère et passionnant. La répression de la créativité des TDAH par l'école est révoltante. Vous mettez bien en évidence le chantage : si tu ne vas pas à l'école, tu ne verras pas de copains... C'est un vrai problème

      View Comment
      Répondre
    2. Thierry Scheffer

      "j'avais un ami qui m'a mis beaucoup de pression en me disant qu'il ne fallait surtout pas que mon enfant décroche du programme et être très rigoureux avec lui" ; ne s'agissait-il pas de le scolariser à la maison, avec le suivi de l'EN, et donc de lui faire suivre le programme ?

      View Comment
      Répondre
  37. benoit girard

    je prend des méthylphénidate 20 mg a chaque fois que je recommence en a prendre j'ai mal au 2 mollets et quand je me couche ses plus douloureux je suis obliger de dormir sur le dos car sur le coter au dirait que je vais avoir des crampes au 2 mollets,je veux savoir ses tu normal que j ai mal au 2 mollets a chaque fois que j en prend s.v.p répondez moi vite car j arrête souvent de les prendre car les mollets me font trop mal merci

    View Comment
    Répondre
  38. Dr Dominique Dupagne

    Bonjour
    Les circonstances de survenue permettent d'attribuer ces douleurs au médicament. Il faut en parler à votre médecin pour voir si ces douleurs contre-indiquent ou non la poursuite du traitement.

    View Comment
    Répondre
  39. Jean-Michel Jolidon

    Bonsoir et merci de votre approche.
    Le thème TDA est nouveau pour moi, bien que j'aie 62 ans. En fait, ma fille est diagnostiquée TDA et par retour je m'y retrouve complètement. D'ailleurs une de questions du test portait sur l'hérédité de cette caractéristique.
    Nous avons des résultats de tests très semblables de l'ordre de 80%.

    Ma fille cherche des "béquilles" du genre à dévier sa distraction sur des gestes répétitifs comme de tourner un crayon dans ses doigts. Elle espère par là garder sa concentration libre sur le sujet de ses études ou le discours du professeur, par exemple.
    Est-ce une démarche correcte ?
    Pour ma part, j'ai développé des systématiques de comportement toujours identiques pour ne rien oublier. Par exemple, du lever jusqu'au départ de chez moi, mes activités se succèdent toujours dans la même séquence. Si d'aventure, on me demande une tâche imprévue, elle remplacera celle que j’aurais dû réaliser et, ... j'y retourne dix minutes plus tard, car "zappée".

    Une dernière question, remarque: Est-il possible de transformer ce TDA en avantage?
    Par exemple, lorsque j'ai un problème à multiples entrées, j'ai tendance à "lancer" mon TDA pour un traitement, je dirais, massivement parallèle des informations. Cette attitude, parfois, donne des résultats extrêmement rapides et efficaces.

    Merci encore de nous faire partager ce qui nous isole si souvent, et de nous le rendre compréhensible.

    Cordialement
    Jean-Michel

    View Comment
    Répondre
  40. Dr Dominique Dupagne

    Bonjour Jean-Michel

    Vous écrivez "Par exemple, lorsque j'ai un problème à multiples entrées, j'ai tendance à "lancer" mon TDA pour un traitement, je dirais, massivement parallèle des informations. Cette attitude, parfois, donne des résultats extrêmement rapides et efficaces."

    C'est une merveilleuse description des aptitudes des TDA/zappeurs. En effet, le TDA n'est pas un malade, mais le porteur d'une façon de penser et d'agir différente. J'ai passé ma journée de dimanche avec un peintre qui a fait des études de dessinateur industriel avant de se lancer dans l'art à 23 ans et d'y faire une très belle carrière, grâce à son TDA ! D'autres seront des avocats ou des débatteurs à l'esprit d'à-propos aiguisé.

    Personnellement, je suis très heureux de mon TDA qui me permet de penser vite et "en dehors de la boîte".
    Lorsque le TDA trouve un milieu et une fonction qui lui permet de s'épanouir, il est capable du meilleur. Malheureusement, dans la majorité des cas, les brimades scolaires et la mise en échec le (ou la) cassent prématurément. Accessoirement, le TDA n'est pas synonyme d'intelligence. On peut être vif et intuitif, et être un parfait crétin, et donc illustrer cette phrase d'Audiard "Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait".

    En pratique, les TDA/H rencontrent souvent l'échec social dans nos cultures policées, mais lorsqu'ils sont intelligents et qu'ils franchissent les difficultés initiales, ils peuvent atteindre des sommets, comme Steve Jobs qui en est l'exemple le plus démonstratif.

    View Comment
    Répondre
  41. JC

    Je souhaite un conseil . je m'occupe de mon petit fils de 13 ans ( délégation autorité parentale) il est TDA sans hyperactivité et HP , déscolarisé depuis 1 ans 1/2 je suis son instruction avec un soutien scolaire sur internet . 3 ans de galère diagnostiqué a 11 ans HP puis suivi par un neuropsychologue qui a défini tous ses troubles : enfant phobique troubles anxieux profonds très intelligent il a des connaissances personnelles incroyables sur ce qui lui plait qu'il apprend sur les sites scientifiques d'internet ( création de l'univers nouvelles technologies recherches scientifiques fonctionnement du cerveau ) mais les matières ou il faut apprendre par coeur c'est l'impasse totale il n'a jamais su ses tables de multiplication mais réussit bien en maths ainsi qu'en français vocabulaire très étendu l' anglais appris sur internet bonnes connaissances en sciences mais rien en histoire ou géographie si ce n'est l'origine de l'homme .
    n'accepte ni les règles ni l'autorité d'enfant timide il est devenu rebelle .
    rejeté et harcelé a l'école incompris pendant longtemps par le reste de la famille il a décidé de vivre avec moi qui l'a toujours compris depuis la séparation de ses parents . Paul a beaucoup souffert et n'est pas prêt a retrouver une scolarité classique si ce n'est dans une école spécialisée . il va être suivi par l'inspecteur de l'EN qui s'occupe des enfants malades ou handicapés . un dossier est en cours a la MDPH .on a cherché longtemps un pédopsychiatre qui connaisse ces enfants habitant en DORDOGNE cela a été l'impasse même avec le CMP . on a une possibilité avec le Centre ABADIE a BORDEAUX ou je dois envoyer son dossier mais pas avant la fin de l'année . Il aurait besoin d'un traitement genre Ritalin mais personne pour le bilan avant cette fin d'année . c'est très dur et encore heureusement que j'ai toujours su répondre a ses questions incessantes maintenant on confronte nos points de vue . j'ai une question que j'hésite a poser : la Tyrosine est un des éléments du Ritalin ? mais est-il possible de lui en donner sous forme de complément alimentaire et comment ?
    Je suis beaucoup de sites de l' AFEIP d' Hyper-Super des Zébres mais je viens de rencontrer le votre .
    j'ai peu de contacts chez nous je ne connais pas de parents qui ont les mêmes problèmes
    Paul a beaucoup de contacts virtuels y compris au dela de la France- il a crée ses sites , la il s'affirme , explique , dirige -mais dans le réel il est seul la plupart du temps , ne sort pas n'aime pas le sport , fait sa musique sur ordinateur .
    Ses phobies l'ont désocialisé .
    Votre site m'a attirée et je me suis épanchée
    j'essaierais vos tests malgré mon âge de grand-mère
    je dois continuer a l'assister le soutenir et l'aider a se construire
    merci pour tout ce que vous apportez a tous

    View Comment
    Répondre
  42. Jane Montgomery

    Bonjour à Dominique et bonjour à tous.
    Il y a un groupe de TDAH-France Adultes.
    Les gens se parlent et découvrent qu'ils ne sont pas seuls face à ce syndrôme. Il y a beaucoup de monde.
    Si vous vous sentez seuls face au TDAH et que vous avez besoin de conseils ; que vous vous sentez perdus ; que vous êtes au bout du rouleau ; diagnostiqués ou non ; traités ou non traités inscrivez-vous.
    Ca changera votre vie comme ça change la mienne depuis quelques temps.
    Enfin une reconnaissance.
    Jane Montgomery.
    https://www.facebook.com/groups/tdahAdultes/

    View Comment
    Répondre
      1. Karine R.

        Non, pas du tout, mais il y a un formulaire à remplir et il faut faire la demande. Comme je n'avais pas rempli le formulaire la première fois, ça n'avait pas fonctionné, j'y suis retournée, me doutant que j'avais zappé quelque chose, mais comme ma demande avait sans doute été ignorée entre-temps, une fois rempli le formulaire, j'ai reçu une réponse me demandant de faire la demande 😀 ! Bref, après tout ça, ça a été 🙂

        View Comment
        Répondre
  43. Charles

    Bonjour,
    J'ai 20 ans, je suis TDAH. Cela fait quelques mois que j'ai été diagnostiqué comme tel. Je mesure 1.80m je pèse 80kg et je suis traité au Quasym LP30 2cp/jour. D'après ce que j'ai compris, le quasym libère 2x 15mg de methylphenidate à environ 4h d'intervalle (donc delai non choisi entre les deux liberations). Le traitement est efficace mais j'ai l'impression que la libération de 15mg de methylphenidate d'un coup représente une trop grosse dose pour moi. De plus, environ 2 à 3h après le début des premiers effets il y a un trou dans les effets avec réapparition des symptôme avant la suite de la libération de methylphenidate ou la prise de mon second comprimé. Étant étudiant, c'est une énorme frustration pour moi de ne pouvoir travailler normalement pendant plus 2h30 avant que les effets ne se dissipent. C'est un peu comme me montrer ce que je pourrai être sans ce trouble, avant de me replonger dans le labyrinthe qu'est mon cerveau. Mon psychiatre évite le sujet de la formulation à liberation immediate. Il doit avoir peur que je développe une addiction mais le quasym est également, d'après ce que j'ai compris une formulation avec une libération immédiate en premier lieu, donc potentiellement les mêmes risques d'addiction (si tant est qu'ils existent) que la ritaline 10mg par exemple, mais avec une plus grosse dose au moment de la libération initiale (15mg). Biensur, vos conseils seront plus éclairés que mes interprétations hasardeuses, je vous pose donc la question suivante 🙂 Pensez vous qu'il pourrait être bénéfique pour moi de passer à une formulation a liberation immediate afin de choisir la manière dont on espace les prises et ne plus devoir m'accomoder des 4h plus ou moins précis du Quasym? Merci d'avance pour votre réponse.
    Cordialement.

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonjour
      Je ne peux donner d'avis personnalisé sur un forum. Mais il est clair que l'équilibrage du traitement nécessite parfois des tâtonnements et le mélange de formes retard et d'action rapide. C'est en effet à discuter avec votre psychiatre.

      View Comment
      Répondre
  44. Nanou

    Bonjour,
    Mon fils âgé de 12 ans a été diagnostiqué TDAH depuis maintenant 3 ans. il est sous QUASYM jusqu'à présent malgré une perte d'appétit le midi.... La première année a été très bénéfique pour lui mais au fur et à mesure du temps j'ai l'impression que son traitement ne fait plus effet. Il est maintenant en 6ème et ses résultats sont catastrophiques. C'est un enfant très affectueux, très serviable et très sensible, mais il se rend compte qu'il n'y arrive plus avec le QUASYM. je revoie la neuro psy dans une quinzaine de jours, pensez-vous que je pourrai lui demander de le mettre sous RITALINE ?
    Merci je suis perdue et lui aussi malgré mon aide régulière pour les devoirs

    View Comment
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *