Comment on Ritaline : intérêt et risques chez l'enfant by S de Monsabert.

Cher Docteur Dominique.
Les troubles de l'attention et de l'hyperactivité ne sont pas un caractère, ni un tempérament, sauf à considérer cette question de caractère d'un point de vue sociologique, à la Chateaubriand. C'est dire que la personne n'est pas indissociable de son trouble et qu'il peut être remédié et rééduqué, car c'est un comportement qui est le fruit d'un profil psychologique et cognitif.
Le mode d'action doit conjuguer à la fois l'éducation comportementale et la prise en charge psychologique.

Education cognitive: Il est possible de développer les capacités d'attention et de perception en permettant à l'enfant de les exercer tout en les associant à des expériences de plaisir.
Ecoute et aide psychologique: Il est possible de permettre au TDAH de mettre à jour sa "peur de perdre l'amour" pour qu'il renonce à son hyperactivité comme surinvestissement cognitif et tourne sa curiosité à expérimenter des gestes cognitifs de base plus animales: l'affectivité se prolonge en les associant attention , percevoir et intuition

Ainsi, un jeune TDAH ne va pas mieux quand la contrainte diminue du fait de son émancipation par l'entrée dans l'age adulte. Mais son trouble se voit moins ou ne se met plus sur le compte du trouble cognitif.. On dira qu'il a un caractère particulier". et on l'enfermera dans la case des gens égo... quelquechose, qui écoutent peu, qui ont des tonnes d'idées, voire de pervers narcissique tellement il leur est difficile de ressentir l'autre et de le prendre en compte, et tellement il souffre de manque de relation. Un adulte hyperactif n'est pas hors contrainte et son disfonctionnement cognitif est une forte contrainte: même s'il est hyperproductif, il a du mal à se discipliner et organiser sa pensée. Il passe d'une idée à l'autre, il zappe, il peut trouver du bénéfice à faire une activité dérivatrice pour penser à des questions complexes assez "lentement" pour avoir le temps de capter toutes les informations... Cela génère des tocs ou des comportements associaux. C'est source souvent de trouble de la relation sociale et de la relation à soi même. Puisqu'on ne le met plus sur le compte du profil TDAH cela se traduit par un jugement global sur la personne qui devient une source surajoutée de souffrance en augmentant l'écart entre le moi idéal, le moi réel et le moi spéculaire..
De nombreux cas de troubles de la relation conjugale ou de burn-out socioprofessionnel peuvent être associé à des symptômes de TDAH.
cette rééducation et cet accueil psychologique peuvent s'entreprendre à tout age. de 2 à 102 ans, pour le bénéfice du sujet, de ses proches et de ses projets.

A contrario, si on se dispense de considérer que le TDAH est un" caractère", il est possible de lui permettre de devenir un adulte qui sait organiser et structurer sa pensée, c'est à dire la soumettre à des contraintes ...