Ritaline/Méthylphénidate : dangers et effets secondaires chez l’enfant

Cet article est un complément spécifique de l'article général concernant la RITALINE/Méthylphénidate.  Il détaille les dangers et les effets secondaires de ce médicament chez l'enfant. Il concerne bien sûr les autres présentations commerciales du méthylphénidate : RITALIN, RILATINE, DAYTRANA, METHYLIN, ATTENTA, METADATE, RITALINA, HYNIDATE, QUASYM...

Retourner à l'article général sur la RITALINE chez l'enfant

Effets secondaires liés à l'effet psychostimulant du méthylphénidate/RITALINE

Les principaux effets secondaire du méthylphénidate sont logiquement d'ordre neuropsychiatriques. 

Il faut distinguer les troubles initiaux, apparaissant dans les premiers jours, des effets secondaires au long cours, présent chez les enfants traités en permanence.

Les travaux scientifiques ayant recensé ces effets secondaires mentionnent les troubles suivants chez plus de 10% des enfants traités :

  • maux de tête,
  • nervosité,
  • insomnie.

Cela correspond bien ce que les médecins rencontrent dans leur pratique. Les maux de tête, lorsqu'ils ne passent pas en quelques jours, conduisent souvent à l'arrêt du traitement. De même, des troubles du sommeil persistant malgré les tentatives d'adaptation du traitement peuvent constituer un handicap supérieur à celui que le traitement tente de combattre. 

La nervosité induite par le méthylphénidate, quand elle est présente et ne cède pas en diminuant la posologie, est plus complexe. En effet, le méthylphénidate est destiné à apaiser l'impatience et l'agitation de l'enfant hyperactif. Dans certains cas, cet effet apaisant est absent, et le méthylphénidate ne fait qu'empirer les choses. L'arrêt du traitement est alors la seule option.

Il arrive que le méthylphénidate provoque une modification du caractère associant des éléments positifs et négatifs : meilleure concentration et agitation moindre, notamment à l'école, mais augmentation de l'agressivité ou de la fréquence des accès de colère. Si le problème persiste après recherche de la posologie optimale, le médecin, l'enfant et sa famille décideront ensemble si l'intérêt du traitement l'emporte sur ses inconvénients.

Effets indésirables cardiovasculaires du méthylphénidate/RITALINE

Le méthylphénidate stimule également le système cardiovasculaire : il accélère le coeur et augmente la pression du sang dans les artères (tension artérielle).

Entre 1% et 10% des enfants traités peuvent ressentir des palpitations : perception excessive ou irrégulière des battements du coeur. Cette sensation en elle-même n'est pas grave mais elle nécessite de consulter le médecin.

Les effet stimulants cardiovasculaires sont modérés et il n'existe pas de certitude sur leur dangerosité lors d'un usage prolongé. Les accidents cardiovasculaires chez les enfants traités sont trop rares pour permettre d'en tirer des statistiques interprétables. Nous disposons néanmoins de données solides montrant qu'il existe de façon générale une corrélation entre le niveau de pression artérielle et le risque d'infarctus ou d'accident vasculaire cérébral. Il est donc possible qu'une prise prolongée de méthylphénidate dans l'enfance augmente ce risque à l'âge adulte (ces accidents surviennent quasiment uniquement chez l'adulte), mais que ce risque soit trop faible pour être mesurable avec nos outils de suivi. C'est un argument pour réserver la prise de ce médicament aux seuls enfants chez lesquels il est indispensable.

Effets indésirables du méthylphénidate/RITALINE sur la croissance

Comme toutes les amphétamines, le méthylphénidate possède un effet coupe-faim. Cet effet est probablement à l'origine d'un ralentissement de la croissance qui est en moyenne de l'ordre de 1 à 2 cm et de 3 kg. Il s'agit d'une moyenne : certains enfants ne présentent aucun ralentissement et d'autres présentent un déficit plus important.

Ce ralentissement est facilement visible sur les courbes de croissance, comme dans l'exemple ci-dessous :

LRDZ ralentissement croissance

 

Dans la grande majorité des cas, ce retard s'atténue après quelques années de traitement, et le rattrapage est complet à son arrêt, comme c'est le cas ici. Les adultes ayant été traités dans l'enfance ne sont pas plus petits que ceux n'ayant pas reçu le médicament1.

Des études scientifiques sont en cours pour analyser cet effet avec plus de précision.

Autres effets secondaires et risques chez les enfants traités par méthylphénidate/RITALINE

Les réactions toxiques et allergiques sont peu courantes et nécessitent un arrêt immédiat du traitement :

  • cutanées : démangeaisons, boutons ou urticaire (plaques ressemblant à des piqûres d'orties) ; 
  • hépatiques : inflammation se traduisant par une élévation des enzymes du foie (ALAT et ASAT) dans les analyses sanguines (à ne pas confondre avec une banale perte d'appétit).

D'autres effets ont été notés chez moins de 10% des patients traités.

Certains semblent pouvoir être imputés au produit : 

  • somnolence ou envie de dormir anormale (cette somnolence peut être globale, ou plus souvent par phase au cours de la journée),
  • sensation de vertige,
  • mouvements impossibles à contrôler,
  • douleurs abdominales, diarrhée, nausées, embarras gastrique et vomissements. Ces effets surviennent habituellement en début de traitement et peuvent être atténués en prenant le médicament au cours des repas.

En revanche, les symptômes suivants sont banals et ont pu survenir par simple coïncidence (appréciation personnelle)

  • douleurs dans les articulations,
  • sécheresse de la bouche,
  • température élevée (fièvre),
  • perte de cheveux,
  • toux, mal de gorge ou irritation du nez et de la gorge,

C'est encore plus vrai pour ceux qui surviennent chez moins d'un patient sur cent ou moins d'un patient sur mille. Bien sûr, la responsabilité du médicament ne peut jamais être exclue, mais leur énumération dans la notice du médicament sert surtout à protéger juridiquement le fabricant, le médecin et les autorités sanitaires face à un patient qui les poursuivrait suite à une complication :"Vous étiez prévenu, c'était dans la notice". Il est probable que si le chocolat était un médicament, vous pourriez lire dans l'emballage une énumération du même type. Ne prenez donc pas cette liste au pied de la lettre. Cette notice, identique à celle contenue dans la boîte, est lisible ici.

En résumé

Les travaux scientifiques disponibles soutiennent la notion d'une très faible toxicité du méthylphénidate/RITALINE chez l'enfant. Pour autant, ces risques ne sont pas nuls. Ce médicament n'est pas un outil de soutien scolaire parmi d'autres. Il est destiné à être prescrit par un spécialiste, après bilan détaillé, chez un enfant en situation de handicap scolaire ou social majeur.

Retourner à l'article général sur le méthylphénidate/RITALINE chez l'enfant

 

 


  1. Méthylphénidate : retards de croissance staturo-pondérale. Revue Prescrire - N°328 février 2011 pages 108-109 

123 réflexions au sujet de « Ritaline/Méthylphénidate : dangers et effets secondaires chez l’enfant »

  1. hidaoui yasmina

    bonjour, je suis perdue! mon fils agé de 7 ans bientot est atteind du deficite de l attention et de la concentration sans hyperactivitée, que donner a cet enfant qui souffre ! dans 1 mois il doit aller voir une specialiste !avec tout ce que je lis et entends , je ne sais plus !
    mathys mon fils est isolé en retard scolairement , alors qu il est a haut potentiel ! il refuse la lecture ,me dit qu il y as trop de bruit, qu il est nul moche et petit! oui il n est pas trés grand ! si je lui donne de la ritaline et que sa croissance se stop il m en voudras a vie!mais si je le laisse dans ce brouillard il ne sera qu un adulte perdu avec un avenir plein de doutes ! alors vous que me conseillez vous ?

    View Comment
    Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Bonjour
      Si un spécialiste prescrit de la Ritaline à votre fils, il pourra avoir un ralentissement de sa croissance mais rattrapera son retard à la fin. Il ne finira pas plus petit à l'âge adulte.

      View Comment
      Répondre
      1. Verhulst Ana

        Bonjour,

        J'ai 19 ans et ça fait 10 ans que je prends la Ritaline. Vous dites que la croissance reprendra à l'âge adulte mais j'ai arrêté de grandir vers 14 ans alors que j'aurais dû grandir jusqu'à 16-18 ans normalement vu que je suis une femme. Avec du recul, je pense que la Ritaline a peut-être eu un impact négatif sur ma croissance. Je pense donc que toute personne suivant ce traitement peut déclencher ce symptôme.

        View Comment
        Répondre
          1. oce grch

            bonjours je m appelle oceane j ai 14 ans et j ai ete d ecte TBAH
            y il ya 8 ans depuis j ai perdu beaucoup de poids aujourd huit je pesez que 31 kl pour 1m54 quand je pendre de la ritaline je ne mange pas j ai pas faim mais quand je la prend pas je tous ce que je peux alors je souhaite bon courrage au gens comme moi

            View Comment
    2. raoul

      Bonjour,
      J ai moi meme ete traite de mes 6 a mes 16 ans avec du concerta
      J ai decide moi meme de l arret du traitement des suites des effets secondaires percus a long terme (legere depression, perte d apetit, insomnie,...)
      Mais, en outre, ce traitement m a permis de suivre une scolarisation normale, ce qui n aurais pas ete possible sans
      Je mesure aujourd'hui certes 1.78m et pese 72 kg, mais je suis pleinement epanouis dans ma vie professionnelle tant que sociale et entreprends des etudes d ingenieur ( je suis suisse au cas ou)
      Ce medicament m as beaucoup aider et, si votre enfant en a besoin, je vous le recommande.
      Ne le forcer cependant pas a en prendre s'il invoque de bonnes raisons d arreter et je vous recommande de le faire suivre par un psychologue.
      le mien m a beaucoup aide pour ce qui est de la difficulte a gerer les emotions et les conflits
      le TDAH n est pas une reelle maladie ni une fatalite. Votre fils apprendra certainement a se gerer en grandissant. C est certes incurable, mais on apprends a tres bien vivre avec.
      un dernier conseil: qu il ne se laisse pas stigmatiser. Qu il prenne plutot cela a la rigolade. Toutes les classes ont besoin d un rigolo, et quelqu un plein de joie de vivre et facile de contact se fais rarement rejeter.

      En esperant avoir pu vous aider,
      Amicalement
      Raoul

      View Comment
      Répondre
    3. Zeghoudi

      Bonjour je vous conseillerez d'aller voir voir pharmacien et d'essayer d'abord des médicaments en miophatie aux plantes c'est ce que je vais faire avec mon fils qui a le même problème que le vôtre et ma pharmacienne et son orthophoniste mon déconseillé ritaline conterta et tous ce qui est de la même famille ce sont des amphétamines la cocaïne des enfants bon courage

      View Comment
      Répondre
      1. Dumont

        Bonsoir, je suis bien d accord avec votre pharmacien! Un de mes enfants a ete sous ritaline et à l arrêt à cause d effets secondaires survenu est tombé dans la drogue dure!
        Bon courage

        View Comment
        Répondre
      2. Seignez

        Mon dieu mais il faut un peu réfléchir aux conséquences des âneries que l'on écrit !!!! La cocaine des enfants!!! N'importe quoi!!!! La ritaline n'entraîne aucune dépendance !!! Renseignez vous auprès de vrais professionnels avant d'écrire!!!

        View Comment
        Répondre
  2. nadou

    est-ce que le TDAH se soigne ? se guérit ? Un enfant hyperactif a-t-il forcément un avenir sombre et difficile ?
    Une maman qui s'inquiète pour son fils de 5 ans et demi souffrant de TDAH

    View Comment
    Répondre
    1. raoul

      Non c est incurable
      On apprends par contre tres bien a vivre avec
      Personellement j ai ete traite pendant 10 ans avec du concerta, j entreprends aujourd'hui des etudes d ingenieur( je suis suisse au cas ou^^)
      Voici le commentaire laisse a une maman

      inquiete de ma part:
      4 décembre 2014 à 22 h 31 min

      Bonjour,
      J ai moi meme ete traite de mes 6 a mes 16 ans avec du concerta
      J ai decide moi meme de l arret du traitement des suites des effets secondaires percus a long terme (legere depression, perte d apetit, insomnie,…)
      Mais, en outre, ce traitement m a permis de suivre une scolarisation normale, ce qui n aurais pas ete possible sans
      Je mesure aujourd’hui certes 1.78m et pese 72 kg, mais je suis pleinement epanouis dans ma vie professionnelle tant que sociale et entreprends des etudes d ingenieur ( je suis suisse au cas ou)
      Ce medicament m as beaucoup aider et, si votre enfant en a besoin, je vous le recommande.
      Ne le forcer cependant pas a en prendre s’il invoque de bonnes raisons d arreter et je vous recommande de le faire suivre par un psychologue.
      le mien m a beaucoup aide pour ce qui est de la difficulte a gerer les emotions et les conflits
      le TDAH n est pas une reelle maladie ni une fatalite. Votre fils apprendra certainement a se gerer en grandissant. C est certes incurable, mais on apprends a tres bien vivre avec.
      un dernier conseil: qu il ne se laisse pas stigmatiser. Qu il prenne plutot cela a la rigolade. Toutes les classes ont besoin d un rigolo, et quelqu un plein de joie de vivre et facile de contact se fais rarement rejeter.

      En esperant avoir pu vous aider,
      Amicale

      View Comment
      Répondre
    2. Juliette

      Bonjour, je suis hyperactive. J'ai 36 ans et je travaille comme ingénieur en biochimie (j'ai obtenu un doctorat). Je prends de la Ritaline, mais j'ai eu besoin durant ma scolarité (je ne prenais pas de Ritaline) d'un calme parfait. Un bavardage et c'est bon, c'est perdu. Je me déconcentrais et le prof devait tout réexpliquer. N'empêche que j'ai eu 18,50 à mon brevet et 17,92 à mon bac S. Votre enfant n'a pas l'avenir perdu, surtout si vous traitez son hyperactivité maintenant. C'est un avantage pour sa scolarité car il a bonne mémoire et un bon potentiel et apprend rapidement. Courage 🙂

      View Comment
      Répondre
  3. Godefroid

    Bonjour,
    Mon fils âgé de 9 ans a été diagnostiqué TDAH à l'âge de 7 ans suite à des problèmes de concentration à l'école, et comportement nerveux et impulsif.
    Il est depuis suivi par un pédopsychiatre et un neuropsychologue (avec traitement à la rilatine). Je ne peux qu'encourager les parents qui sont dans le même cas à faire suivre leur enfant par des spécialistes car, même si cela reste très difficile à gérer au quotidien, j'ai vu une nette progression au niveau scolaire et au niveau de son épanouissement.

    View Comment
    Répondre
  4. Arlette

    Ma fille va avoir 5 ans bientôt et je viens d'avoir un bébé elle a 2 mois et avant Léa était un petit trésor d'ange venue du ciel et écoutait tout les consigne ,maintenant elle a des ticsnerveux elle n'écoute jamais elle me rie au nez , ne respecte rien ,elle ne dort presque plus me niaise elle me frappe. Est-ce que sa va passez toute seul ? Même quand j'ai du temps pour joué avec elle ,elle déconne et dit juste des connerie. Elle est détestable je ne sais plus quoi faire elle me fait grimpé dans les rido.

    D'une maman a la maison qui ferait tout pour ses enfants qui maintenant a juste envie de pleurer l'ancienne Léa et ce a chaque soir aider moi .

    View Comment
    Répondre
      1. Dr Dominique Dupagne

        Bonjour
        Il faut se garder de faire des diagnostics positifs ou négatifs sur un forum, et encore plus de faire des pronostics.
        La seule chose que nous pouvons dire, c'est que ce comportement justifie une consultation avec un généraliste, un pédiatre, voire un pédopsychiatre dans un deuxième temps.

        View Comment
        Répondre
      2. Lopez

        Bonjour, mon fils de 7 ans est sous ritaline depuis un an mais le médecin change chaque mois le dosage. Actuellement il prend 10 mg le matin et 10 mg à 13h. En classe, ça va mieux.
        Mais le petit a très souvent des fuites urinaires (il se fait pipi dessus lorsqu'il joue ou dort) et de plus, il a aujourd'hui une phobie avec les araignées (il croit en voir et a peur par exemple d'aller aux wc ou s'allonger dans son lit).
        Est-ce lié à la prise de ritaline ? Merci.

        View Comment
        Répondre
        1. Boninsegna

          Bonjour
          Avez vous eu votre réponse concernant le problème de fuite urinaire ?
          Mon fils depuis qu il a son traitement , il a la sensation de vouloir faire pipi mais rien ...

          View Comment
          Répondre
    1. MONTMAGNON

      Arlette se que vous vivez avec votre fille j ai la même a la maison,ma fille a un déficit du trouble de l attention. des grosses difficulté scolaire fatigue nervosité voir agressif refus de l autorité elle me frappe se mais en colère a tout casser a la maison elle et très méchante avec moi, donc le conseille que je vous donne quand elle et en crise je l ignore, elle me frappe je lui dit arrête c pas bien tu me fait du mal tu la prend et direct dans la chambre, il ne faut sur tout pas la disputer sa serre a rien juste l'énerver un peut + fait lui passer des teste après vous verrai se qui dit le médecin. après raoul se n est pas une passe. véro

      View Comment
      Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonjour
      Oui, il faut certainement en parler à votre médecin traitant. Que votre fils soit zappeur ou non, un bilan psychologique paraît nécessaire. Votre médecin généraliste saura vous orienter, après avoir vu votre fils pour en parler avec lui et évaluer la situation.

      View Comment
      Répondre
  5. Peggy

    Merci Raoul pour votre témoignage ... Mon fils agé de 11 ans souffre d'un TDA sans hyperactivité , dans 3 semaines il doit commencé son traitement à la Méthylphénidate et je reste très inquiète pour son avenir et sa scolarité ( qui pour lui sera une ULIS TSL ) .
    Aussi il a une dyslexie dysorthographie sévère . Si des enfants sont dans le même cas que mon fils merci de me laisser vos témoignages .

    View Comment
    Répondre
    1. fabie

      Mon fils est dans le même il commence le traitement après les vacances il va bientôt avoir 10 ans passe en cm2 et devrait aller dans une ULIS TSL après . Votre fils est dans quelle classe? Vous êtes dans quelle ville? Je suis inquiète également. En plus il doit avoir un ordinateur avec un logiciel adapté.

      View Comment
      Répondre
    2. tesseyre

      Bonsoir,
      Je suis maman d'un jeune garçon de 8 ans qui vient d'être diagnostiqué TDA sans hyperactivité et qui est aussi dyspraxique sévère.
      Comme vous je connais des périodes de doute, de peur pour l'avenir de mon enfant.
      Mais c'est ainsi, nous n'y pouvons rien alors je pense qu'il faut autant que faire se peut, que nous donnions un maximum d'amour à notre enfant, de la joie de vivre pour qu'il puisse bien grandir.
      Ce n'est pas toujours facile pour les papas et les mamans !
      Oui c'est difficile à l'école, il est très fatigable il a du mal à suivre et s'en rend compte mais il a des amis parce qu'il est gai, drôle. Nous avons aussi beaucoup de chance d'être tombés sur une équipe enseignante motivée et investie, cela joue énormément.
      Il vient de commencer un traitement méthilphénidate, cela me gêne de lui administrer un médicament qui agit sur le cerveau mais beaucoup de témoignages d'enfants disent que ce traitement les a vraiment aidés et on peut l'arrêter aussi. Je me dis que j'aurais toujours regretté de ne pas avoir essayé, si cela ne marche pas on verra autre chose.
      Il faut surtout continuer, la psychomotricité, l'orthophonie, la psychologue (si nécessaire).
      Nous avons trouvé une formidable méthode pour les tables de multiplication et l'orthographe. Cela demande un peu de temps et d'imagination mais je trouve cela vraiment intéressant comme approche. Les progrès ont été impressionnants surtout pour apprendre les tables. C'est un enseignant qui a mis cela en place, il s'appelle Mathieu PROTTIN et c'est la méthode Multimalin. Ce n'est pas trop cher et pour notre fils cela marche et il apprend en s'amusant. Vous pouvez essayer, on ne sait jamais !
      Courage à tous et toutes, la vie n'est pas un long fleuve tranquille avec nos "drôles" d'enfants mais on peut faire de belles ballades !
      ps : je ne suis pas une optimiste invétérée, il y a des soirs ou je pleure !

      View Comment
      Répondre
      1. Belette

        Bonjour tesseyre,
        Mon fils a 8 ans est dyspraxique aussi.
        Il a de gros problèmes de concentration et ne va à l'école qu'à mi-temps du fait de sa fatigabilité et de ses nombreuses prises en charge (orthophoniste, psychomot, psy, ergo et orthoptie). Cela fait 4 ans qu'il est pris en charge mais ses problèmes d'attention le freinent toujours dans ses apprentissages scolaires. Lui donner de la Ritaline va à l'encontre de tout ce en quoi je crois bon pour mes enfants. Et pourtant les démarches sont lancées (examen cardio, prise de sang) et nous avons le rendez-vous pour la 1ère prescription au CHU à la fin du mois. Nous n'avons toujours pas décidé avec le Papa si nous allons essayer le traitement. Quels sont les effets du traitement négatifs et positifs sur votre fils ? Merci

        View Comment
        Répondre
        1. Ezatta

          J'ai exactement le même problème avec mon petit garçon. Je suis a bout de force. Et là avec le Quasym il pète le plomb car ça lui coupe l'appétit et ça lui tord le ventre l'après midI.

          View Comment
          Répondre
      2. Sima

        Bonjour,
        Mon enfant a été diagnostiqué TDA sous traitement depuis un mois
        Les tables de multiplication est l'orthographe sont un véritable problème
        Nous passons des heures à mes travailler mais la mémorisation n'est que pour une courte durée
        Pouvez vous me guider sur cette méthode qui vous permet aujourd'hui d'aider votre enfant à les intégrer plus facilement
        Je vous remercie par avance
        Sima

        View Comment
        Répondre
      3. Cecile

        Bonjour
        J'ai un fils de 11 ans qui a été diagnostiqué en avril dernier. Dès le premier jour de traitement (quazym 20mg) il s'est senti très mal pris d'une énorme fatigue à ne plus tenir debout, il ne sentait plus ses bras, ses jambes et une envie de vomir, les effets secondaires se sont estompés à la fin de la journée. Nous avons donc réduit la dose à 10mg le temps que son corps s'habitue puis nous sommes remonté à 20mg (mon fils pèse 42 kg) ça a été jusqu'au vacances, puis nous avons repris le traitement peu de tps avant la rentrée de septembre mais au fur et à mesure des semaines la fatigue s'est à nouveau fait ressentir, il ne souriait plus, ne rigolait plus car constamment épuisé, ne répondait même plus qd on s'adressait à lui...le temps de pouvoir consulter sa neurologue celle-ci m a dit de stopper le traitement. Je voudrai savoir si d'autres enfants ont eu cette "Stone attitude" avec le quazym car le rdv avec la neurologue n est qu en août prochain et en attendant ses notes chutes et c'est frustrant de le voir faire tant d efforts pour peu de résultats...

        View Comment
        Répondre
        1. Delphine

          ma fille (qui va avoir 12 ans) est sous traitement depuis 3 ans environ. Depuis le debut, elle etait sous méthylphénidate 18mg. A part un manque d'appetit le midi (mais elle a commpris que c'etait tres important de manger donc elle se force et donc pas trop de perte de poids), pas d'autres effets secondaires. Par contre, c'est vrai que la premiere semaine apres des vacances (elle ne prend pas de medicament pendant les vacances ni week-end), elle est "stone" et "eteinte" puis ca repart normalement des la semaine suivante. Par contre, recement, on s'est rendu compte que le medicament ne faisait plus effet tres longtemps (ca agissait jusqu'a 15h environ) donc notre pediatre a augmente a 27mg. Sauf que la, ca a ete la catastrophe. La 1ere semaine comme d'hab, elle etait "stone" et "eteinte". On ne s'est pas trop inquiete. La 2eme semaine, elle etait "eteinte" : pas de sourire, partait lire dans sa chambre constament,... et la 3eme semaine, elle a commence a ne plus dormir et ne plus avoir faim. C'etait un "zombie". On n'a pas attendu la fin de semaine pour arreter tout de suite et elle a manque l'ecole 2 jours car elle etait epuisee. On a discute avec pediatre qui nous a dit qu'il n'existait pas de dosage entre ces 2 et nous a dit de re-essayer. Honnetement, on ne lui a pas redonne le 27mg et on est revenu au 18. Au moins, elle arrive a suivre a l'ecole avec, pour les devoirs c'est un peu plus difficile mais elle y arrive quand meme avec mon aide. Donc tant qu'elle s'en sortira avec le 18mg, on continuera comme cela. Ma fille est un mini gabarit (1m40 pour 27kg).

          View Comment
          Répondre
    3. Rejane Younan

      Bonjour
      Ma fille de 13 ans bientôt a été diagnostiquée dyspraxique depuis 2 ans. Elle prend la ritaline depuis un an.
      Elle a été suivie par une Orthophoniste et une Psychomotricienne pendant un an. D'une élève très démotivée elle est passée au goût de l'école et du challenge.
      Une autre enfant.
      Chaque enfant est différent même avec une hyperactivite ou non d'où un bilan complet en orthophonie psychomotricité et psychologie est nécessaire afin de déterminer la prise en charge avec en complément une consultation à l'hôpital avec une neuropediatre. Ensuite vous saurez quoi entreprendre.
      Cordialement

      View Comment
      Répondre
  6. MEURIN

    Bonjour,
    La Ritaline représente t elle un risque de survenue de Maladie de Parkinson?…
    Je m’explique:
    Notre Fils, TDAH et HPI, âgé de 13 ans a pris du concerta LP 18 mg pendant près de 5 ans – durant lesquels gros troubles du sommeil sous Concerta- puis quelques mois de Quazym 20 mg, pendant lesquels l’endormissement s’est amélioré mais les devoirs à la maison, dégradés. Nous avons entendu dire, hors contexte médical- d’une Psychologue travaillant au sein d’un service de Neuropsychiatrie pour Adolescents que la Ritaline et dérivés engendreraient, selon le Professeur du Service, un risque de déclenchement de Maladie de Parkinson à l’âge adulte… Ce Professeur préconiserait une durée maximale de 2 ans…
    Cet élément me paraît plausible, compte tenu de l’implication de la Dopamine dans la MP…
    Nous avons donc arrêté la médication et c’est la catastrophe au collège!!
    Avez vous des données à ce sujet?…
    Merci par avance pour vos retours! Nous sommes désemparés…

    View Comment
    Répondre
  7. Caro

    Mon fils est agé de 8 ans et il a été diagnostiqué TDAH. Il est suivi à l'hopital Debré. Le médecin lui a prescrit de la ritaline LP. Il a d'abord pris une demi gélule pendant quatre jours. Cela s'est bien passé mais depuis une semaine, il prend une gélule entière. Depuis deux jours, il a très mal à la tete, au ventre, à la gorge et fait de la fièvre si bien qu'il ne dort pratiqueement pas. C'est effets secondaires ne se déclare que le soir au moment du coucher.
    Est ce normal?
    Combien de temps dure ces effets indésirables en moyenne?
    Cela me fait du mal de voir mon fils dans cet état et il y a toujours des personnes pour nous culpabiliser.
    Je vous remercie pour vos réponses car je m'inquiéte beaucoup pour l'état de santé de mon fils.

    View Comment
    Répondre
  8. christelle

    mon fils et sur ritaline il l'avais que les jours d 'ecole et la il es passer en continue c'est as dire wk et vacance mais j ai l impresion qu il ne fait plus effet j ai etait convoquer par son maitre ce soir il nous as dit tout ce que mon fils fesais as l ecole depuis lundi et il fait la meme chose as la maison on en peu plus par contre ce qui es de manger la il y as aucun probleme il mange contraiement avant qu il es sous traitement il manger presque rien il as 6 ans et pese que 18 kg mais de toute faon il na jamais etait gros gabarie pouvez vous me dire si c vaiment la ritaline qu'il fait plus son effet ou s c'est du as autre chose
    merci

    View Comment
    Répondre
  9. Dodim

    mon frere est zappeur, il a 26 ans, il n'arrive pas à se concentrer longtemps sur quelque chose et cela a des repercution sur ses etudes, il pert facilement de motivation, il commence une chose mais ne la fini pas toujours... souvent un travail scientifique. mais c'est un intelligent... peut il prendre la RITALINE et comment??

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonjour
      Avant toute chose, conseillez-lui de consulter un psychiatre au fait du TDAH (ce qui n'est pas facile à trouver, mais son médecin traitant pourra l'aider). Ce psychiatre confirmera ou non l'intérêt d'essayer le méthylphénidate (Ritaline and co)

      View Comment
      Répondre
  10. Jane

    J'ai été diagnostiquée pour un TDAH il y a plus de 18 ans. J'avais pourtant fait de manière généralement brillante mon primaire et mon secondaire ( au Québec). Mes études collégiales ont été très facile et ce n'est qu'à l'université que j'ai éprouvé de réellez difficultés. Une salle de classe comprenant 400 personnes ne pouvait pas me convenir. Je n'arrivais pas à faire mes travaux parce que je ne savais pas par où commencer... Finalement j'ai fais un technique en éducation spécialisée et à présent j'aide depuis 13 ans des enfants qui comme moi ont des difficultés d'attention en classe.

    Je ne suis médicamenté que depuis peu, après la naissance de mon petit dernier, je n'ai jamais pu réussir à rattraper le coup. J'étais toujours distraite, je commençais 20 dossiers et n'en terminait aucun. J'ai fait la valse des pillules, le ritalin me faisait dormir, le Concerta me rendait tellement agressive que j'ai faillit frapper un élève, le straterra me donnait mal au coeur et finalement je suis sur Vyvanse depuis un peu plus d'un an. Je dois l'arrêter la fin de semaine sinon j'ai des idées noires ( idées suicidaires) mais pour moi ça a changé ma vie et dans un sens, je regrette d'avoir tant attendu avant de prendre de la médication. Ma dose n'est pas totale dans le sens où je dois tout de même faire des efforts pour demeurer concentrée, où je dois me trouver des trucs pour ne pas oublier mes rendez-vous, mais je suis heureuse, et je vois bien que ce n'est pas par manque de volonté si je n'arrivais pas à terminer mes dossiers.

    Aujourd'hui, je vois ma fille qui vit les mêmes difficultés que moi, cela fait un an que nous végétons dans le bureau du psychologue, de la pédo-psychiatre et que rien ne se passe... son estime d'elle-même est au plus bas parce que malgré le fait qu'elle une élève surdouée, elle n'arrive pas à se concentrer, à terminer les travaux à temps...Autant j'étais contre la médication, autant maintenant je crois que parfois dans la vie, on a besoin d'un petit "boost" pour nous soutenir.

    Aux parents qui hésitent, qui se questionnent... je vous dirais, ne cessez jamais de vous questionner, en même temps, je crois que pour une personne qui n'est pas TDAH c'est difficile de comprendre comment on peut se sentir lorsque nous n'avons pas de médication... pour ma part j'ai l'impression de devoir regarder 150 télévisions en même temps et qu'on me demande de retenir tout ce qui se passe sur chacune. Donc imaginée la pression qu'une personne atteinte du TDAH peut se sentir...

    Et sachez qu'il n'y a pas que des désavantages à ma condition... dans mon entourage, je suis probablement la seule personne mis à part ma fille qui est capable de lire un livre, regarder la télévision et dessiner en même temps. 🙂 Nous sommes multi-tâches, nous sommes d'une créativité hors normes, nous avons une énergie que beaucoup nous envies et lorsqu'on réussis à voir nos forces, nous sommes des travailleurs acharnés!

    View Comment
    Répondre
  11. Christine

    Bonjour,
    Mon fils est hémiplégique suite à un AVC ayant eu lieu en période périnatale, mais il souffre aussi de troubles de comportement (problèmes de sociabilisation, agressivité envers ses pairs, ne tient pas en place, impulsivité, très mauvais estime de soi...). Il a droit à beaucoup de diagnostiques différents selon les médecins (TDHA, psychotique, traits autistiques, etc...). Il a maintenant 8 ans et il est partiellement scolarisé avec AVS en CP depuis septembre dernier. C'est difficile à cause de son comportement mais il réussi tout de même à suivre les apprentissages; il apprend à lire et à écrire. Depuis presque un an maintenant il est sous Risperdal (Rispéridone: 0,75 ml le matin et 0,25 ml le soir) et sous Quasim (10 mg en une prise le matin). Le risperdal lui a permis de s'ouvrir sur les autres et sur le monde extérieur (il commence à jouer maintenant!) et de le rendre moins agressif et moins impulsif. Le Quasim l'apaise un peu et facilite les apprentissages (il est plus posé et plus réceptif). Cependant, le Quasim lui provoque des maux de ventre, même à cette faible dose. Y a t-il un moyen de le soulager? Au début il recevait 20 mg le matin, mais il semblait mal le supporter (maux de ventre très violents, grande pâleur, prostration). Est-ce normal? Le comportement de Noa reste toujours problématique, mais je n'ose pas repasser à 20mg de Quasim... Avez vous des conseils? Le neurologue de mon fils est un peu paumé car il n'a pas l'habitude de ce type de traitement.

    View Comment
    Répondre
  12. GLADYS

    bonjour ,
    ma fille qui va bientot avoir 8 ans a ete dianostyqué en novembre TDA , nous avons rdv en avril pour un traitement , j ai hate mais en meme temps j ai tres peur des effets secondaires certains articles parle de la la ritaline comme de la cocaine pour enfant ses titres me font froid dans le dos en meme temps je souhaite vraiment aider mon enfant qui malgres sont courage et toutes les volontes du monde a de grosse difficultes a l ecole , j aimerai avoir des avis de maman dont les enfants sont deja traités ? de plus ma fille se plaint en permanance d avoir mal dans les mains , j ai surtout constatée cela pendant les jours sans ou elle pleure beaucoup, cherche la petite bete pour rentrer en conflis il y a t il un lien?
    merci pour vos reponses

    View Comment
    Répondre
  13. Stéphanie

    Bonjour,

    Mon garçon de 8 ans prend du Strattera ( spécifique pour enfants anxieux) depuis maintenant un peu plus d'un an. Par contre à l'automne 2014, on s'est aperçu que l'après-midi etait plus difficile, son médecin a donc ajouter 5mg de Ritalin. Depuis cette période il a des ulcères à répétitions dans la bouche, j'en ai parlé au médecin, au pharmacien et au stomatologue, ils ne voient pas de lien, je me demandais si je pouvais avoir votre avis à cet effet.

    Merci

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonjour, il n'y pas d'éléments permettant d'incriminer ces médicaments (pas de report significatif d'effets de ce type) mais pas de raison de penser qu'un lien soit exclu. Le mieux est d'arrêter la Ritaline pendant les vacances si votre psychiatre est d'accord pour voir si les aphtes disparaissent.

      View Comment
      Répondre
  14. petit françoise

    Voilà presque 3 ans que mon fils est sous traitement de QUAZIM, une prise de sang inoportune a rélévé une diminution impottante de ses plaquettes et autres. Après arrêt du traitement pendant un mois et demi, une analyse lui a été refaite et ses plaquettes ont encore baissées, le médecin pense encore que cela vient du Quazim ! Avez vous entendu ou dianostiqué ce problème.

    View Comment
    Répondre
  15. mam

    bonsoir
    Je viens de trouver un flacon vide de concerta lp dans la chambre de ma fille, partie quelques jours chez les grands parents d'une copine.
    elle n'est évidemment pas suivie pour tdah, sinon je ne serai pas si désemparée en découvrant ce tube sur son armoire, près de sa mezzanine.
    ma fille a déjà fait des essais de médicaments et a eu un suivi psy jusqu'en fin 2014, où les choses semblaient s'être régulées.
    et maintenant ce tube.
    elle s'est plainte récemment de maux de tête, a demandé à voir le médecin car elle s'inquiétait de perdre son souffle alors qu'elle est plutôt sportive.
    je suis vraiment inquiète

    View Comment
    Répondre
  16. BERTRAND Marie

    Bonjour,

    Ma fille a été diagnostiquée narcoleptique avec cataplexie à 7 ans elle est sous ritaline 10mg 3 fois par jour depuis bientôt 2 ans. Le traitement lui va bien pour la narcolepsie sauf qu'il lui coupe l'appétit on constat avec la pédiatre un arrêt de la croissance depuis la prise du traitement elle va être hospitalisée demain pour des bilans afin de découvrir d'où vient l'arrêt de croissance. Quand pensez vous ?

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonjour
      Je pense que faire un bilan est une bonne idée. Comme vous le voyez sur la courbe ci-dessus, les retards de croissance se rattrapent le plus souvent à l'arrêt du traitement. Les retards de poids modérés sont sans grande importance, c'est la taille surtout que l'on surveille, sachant que la taille à l'âge adulte est moins "sensible" chez les filles que chez les garçons (ce qui ne veut pas dire que ça n'a pas d'importance).

      View Comment
      Répondre
  17. MJ

    Bonjour,

    j'ai 24 ans et semble encore avoir des troubles importants de la concentration et cela se remarque dans ma vie quotidienne tant professionnel que sociale. J

    'ai suivi un traitement étant jeune mais je l'ai arrêté vers mes 16 ans car je trouvais que ce médicament avait un impact sur ma façon d'être (j'étais plus aussi actif que sans le médicament) je me concentrait plus certes mais il faut savoir que l'hyperactivité pour certaines choses de la vie est un atout pour moi comme à l'heure actuelle que ce médicament stoppait.

    Je souhaiterais dire aussi qu'à cette époque j'ai eu un accident de la route donc à ce moment là moi qui était plutôt contre le fait de prendre ce médicament et que j'aurais dû passer toute une série de tests pour en bénéficier suite à ça, qui auraient pris des mois et des mois, je l'ai arrêté complètement, mais maintenant j'ai des responsabilités dont je dois prendre en compte et qui me sont difficiles a exécuter sans rilatine, je voudrais savoir si avec l'âge cet effet de n'être plus tellement actif sera encore présent ? Quels en seront les effets généraux sur la prise de ce médicament à l'âge adulte ? Si cela est nécessaire (on ne sait jamais que l'effet soit réduit à l'âge adulte c'est quand-même un médicament destiné aux enfants à la base) ? S'il n'existerait pas quelque chose de plus adapté pour adulte ? Vers quel service je dois me diriger ? Et une dernière question mon accident de la route remonte quand-même à mes 16 ans est-ce que je dois de toute façon repasser tout les tests ? Parce que ça date d'il y a 8 ans sans aucun problème je dois dire qu'à l'heure actuelle ça devient urgent. Merci beaucoup

    View Comment
    Répondre
  18. Laurence

    Bonjour
    Ma fille de 10 ans vient d'être détectée TDAH.
    J'ai envie de crier : "pas trop tôt!!!!!"
    Après avoir consulté 4 pédopsys depuis qu'elle a 5 ans, sans compter le suivi de la psy scolaire et depuis peu d'un enseignant RASED, personne n'avait rien vu juqu'à préent. Selon tout ce beau monde, elle avait juste un souci de relation à l'autre, de comportement, voire de mauvaise éducation. Pas de retard scolaire. Des capacités certaines, mais entravées par un gros déficit de concentration.
    C'est une enfant joyeuse, câline, tendre, généreuse, polie, peu aggressive et peu capricieuse. Elle est en constante opposition avec l'autorité, est insolente, provocante, parle fort. Incapable aussi de rester immobile 5 minutes, sauf quand elle dort (ouf et heureusement, c'est une marmotte...). Après avoir été propre très longtemps, elle a eu une période "j'ai du mal avec mon caca" (vers 7 ans) et "j'ai des accidents de pipi" (actuellement). Elle ment pour un oui, pour un non. Elle est très immature, collante, gluante, chiante et du coup assommante! Elle est hyper curieuse voire intrusive, car elle se mèle de tout ce qui ne la concerne pas. Elle n'arrive pas à ce concentrer sur une seule chose à la fois, ne finit jamais ce qu'elle a commencé. Résultat : elle est si exaspérante que peu de monde la supporte, moi la première. Elle n'a pas d'amis, n'est jamais invitée aux anniversaires. D'ailleurs, c'est qqch que j'ai fait à une époque, mais que je ne fais plus, vu qu'il n'y a jamais de retour... Ses grands parents rechignent à la garder, au centre aéré, les animateurs (souvent bien trop jeunes et peu compétents) ne la supportent plus à la fin de la journée, quant à l'école... Après un 2ème changement à partir du CE2, j'ai trouvé une petite école (3 classes) où les enseignants sont assez impliqués et n'ont pas trop de préjugés sur les enfants "difficiles" (cas nombreux dans cette école), ni sur les parents comme moi à qui on reprochait systématiquement un manque d'autorité, pire un manque d'intérêt pour son enfant !!!!!! Par contre, niveau encadrement périscolaire, c'est la bérézina... En gros, votre enfant est ingérable, c'est sa faute et la vôtre car à la maison "vous ne devez pas être assez sévère, faut la recadrer", me disent ces pros de la parentalité sans gosse et d'à peine 20 ans !
    Je suis pourtant une maman stricte, ordonnée, organisée, qui pose des règles et des limites, punit et récompense quand c'est justifié, j'avoue aussi qu'une gifle peut parfous m'échapper...
    Enfin, après 5 années à me battre et 10 mois d'attente pour avour LA psy souhaitée, j'ai trouvé une pédopsy comportementaliste. Après plusieurs séances, elle m'a proposé la Ritaline 10 LP la semaine dernière. On attend de voir prochainement le cardiologue pour les éventuelles contre indications. Si tout est OK, le traitement commencera d'ici la fin du mois.
    Bien que réticente à la mettre sous médicament à son âge, je me dis qu'on n'a rien à perdre. La vie à la maison est insupportable, beaucoup de conflits entre nous et que dire de sa vie à elle : même si elle ne montre aucun signe de tristesse, de mal être, ses difficultés d'adaptation font qu'elle est trop souvent isolée, trop dépendante de moi, et ce n'est pas normal quand on a 10 ans !!!!!!!! A 10 ans, on a des copines. Je redoute l'entrée au collège. Ce passage, on ne peut pas l'affronter seule. Il lui reste son CM2 ... et la Ritaline pour rectifier un peu les choses...
    Je tiens à préciser que j'élève ma fille seule depuis sa naissance (le papa nous a abandonnées pendant la grossesse).
    C'était un bébé souriant et archi facile ne pleurant presque pas qui a fait ses nuits au bout d'un mois.
    1ers soucis quand j'ai repris le boulot et mise à la crèche à 5 mois : elle refusait de manger avec moi, pas avec les puéricultrices de la crèche, jusqu'à ses 2 ans. Un jour, agacée par ce comportement, j'ai décidé de l'ignorer à table. Je lui préparais son assiette avec sa petite cuillère (chose qu'elle faisait sans problème à la crèche) et je mangeais de mon côté sans m'interesser à elle qui ne touchait pas à son assiette. La "comédie" a duré 15 jours : elle a fini par manger et il n'y a plus jamais eu de problème de repas. C'est d'ailleurs une enfant qui mange bien et de tout.
    Les vrais soucis ont commencé dès l'entrée à l'école maternelle, qui n'avait rien de maternel d'aileurs... Comportement, relationnel et reproches divers et variés faits à la mère, évoqués plus haut dans ce témoignage.
    Autres soucis : quand j'ai tenté de refaire ma vie courant 2010. Je suis restée presque 5 ans avec un homme dont l'enfant détestait viscéralement la mienne. J'ai mis le temps, mais j'ai mis un terme à cette relation il y a 6 mois car je ne supportais plus que ma fille soit rejetée par l'autre enfant et par son père qui surprotégeait la sienne et n'a jamais voulu comprendre pourquoi ma fille était intenable.
    Par rapport à tout ça, je me pose 1 question : naît-on avec un TDAH ou le développe-t-on ? Jusqu'à présent, je n'ai pas la réponse.
    J'espère juste que la Ritaline va nous aider à aller mieux. Et je dis "nous" car j'estime avoir fait tout mon possible pour tenter de corriger tous nos problèmes.
    En vous remerciant par avance de m'avoir lue.

    View Comment
    Répondre
  19. Dominique Dupagne

    Bonjour
    Histoire classique, banale, triste, de la négation d'un problème par la majorité de la psychiatrie française, encore sous l'emprise de la psychanalyse. Heureusement, vous vous êtes battue et ça va aller beaucoup mieux, avec ou sans Ritaline.

    Votre fille est née TDAH. Ca ne s'attrappe pas. C'est juste un caractère particulier et pas une maladie, même si c'est socialement et scolairement difficile.

    Je me suis permis de copier votre message sur le forum : http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?p=5139424#post5139424

    View Comment
    Répondre
    1. Laurence

      Bonsoir

      Après avoir passé d'autres tests, il s'avère que ma fille n'est pas TDAH. On a donc arrêté la Ritaline et la pédopsy l'a mise sous Risperdal. Ça fait 10 jours. Elle m'a dit que les 1ers effets sont ressentis au bout de 3 semaines.
      Mouais... mais après avoir lu la notice de ce médicament, j'ai pris un peu peur : schizophrénie, troubles bipolaires, agressivité et trouble de la conduite avec déficience intellectuelle minime chez les enfants et les ados (je passe les malades d'Alzheimer pour qui ce traitement peut être prescrit). J'ai pas vraiment l'impression que ce traitement puisse correspondre à l'état de ma fille...
      Intellectuellement, ça va et ce n'est pas une enfant agressive. Elle suscite l'agressivité de par son comportement. Nuance...
      Elle est pénible, usante, attire l'attention de façon négative sur elle, on se fout d'elle en permanence... Elle n'en a aucune conscience... Ça me désespère.
      Je pense que l'enseignant fait ce qu'il peut pour l'épargner.
      Par contre, i
      mpossible de faire comprendre tout ça au personnel péri scolaire : elle est l'élément perturbateur du groupe, alors qu'elle est seule contre tout un groupe d'élèves plus méchants les uns que les autres. Vol ou destruction de son goûter, se fait cracher dessus, se fait casser ses stylos, insultes en tout genre... On la cherche, elle se défend comme elle peut et du coup se fait punir tous les jours.
      Elle n'a pas envie de se lever le matin pour aller à l'école et ne veut plus manger à la cantine.
      Je suis persuadée que si elle bénéficiait d'une AVS pour la soutenir un peu, elle irait mieux. La pédopsy m'a dit que ce n'était possible car il faudrait lui reconnaître un handicap. Etre isolée et souffre douleur quotidiennement, n'est ce pas un handicap ? A 10 ans, c'est pas une vie d'enfant.
      Au secours, j'en peux plus.

      Laurence

      View Comment
      Répondre
      1. Cristina

        Laurence,

        D'après votre témoignage, de vous dirais que votre fille n'est qu'une petite victime de votre histoire de vie. Je vous conseille d'aller vous-même faire de la psychothérapie et vous allez voir comment sa vie va s'améliorer considérablement. Essayez et vous serez bouleversée. Je travaille en relation d'aide.

        View Comment
        Répondre
        1. Laurence

          Bonjour Cristina

          Je vous confierais bien ma fille une petite semaine pour vous rendre compte de son comportement.
          Au bout de quelques jours, vous n'en pourrez plus...
          Parents, grands parents, cousins, voisins, enseignants, personnel municipal, centre aéré, prof de danse, etc..., elle épuise tout le monde, même notre chat !!!!

          View Comment
          Répondre
        2. Sabine

          C'est la réponse la plus idiote qu'on puisse faire à un parent d'enfant atteint du TDAH.
          Ma fille, avant son traitement, ressemblait fortement à la sienne. Et pourtant... Un frère aîné neurotypique, le même papa, la même maman, la même famille, la même maison, la même école, les mêmes instit', les mêmes règles d'éducation...
          Alors le coup de "c'est la faute de la maman", c'est le niveau zéro de la psychologie. C'est de la paresse intellectuelle de résumer le TDAH à ça.

          View Comment
          Répondre
          1. Dominique Dupagne

            C'est en effet inquiétant de savoir que Cristina est une professionnelle de l'aide. J'espère qu'on ne lui affectera pas de famille avec un enfant TDAH. Ce type de professionnelle bornée peut faire des dégâts épouvantables, comme ceux commis par les psychanalystes dans les familles d'autistes.

            View Comment
  20. MONIA

    Mon fils de 13 a commencé le Ritalin il y a 2 mois pour finir avec une dose de 30mg 2x / jour. J'ai vu le doc la semaine dernière et elle l'a commencé sur le Concerta a raison de 90 mg 1x par jour. Est-ce normal qu'après presque 5 jours de concerta mon fils me dit qu'il se sent comme avant qu'il commence le ritalin ? Est-ce possible que le concerta ne fonctionne pas ? D'une maman qui se questionne beaucoup

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonjour
      Oui, c'est surprenant, mais possible. S'il lui reste un peu de Ritaline, il peut la reprendre pour voir avant de reconsulter son médecin.

      View Comment
      Répondre
  21. Anna

    Bonjour,
    Assez inquiets devant la notice de la boîte de Ritaline que nous devons donner à notre fils, nous avons souhaité des informations complémentaires pour comprendre plus. Nous vous remercions de ces quelques explications qui nous aident à prendre notre décision en ayant l'impression de mieux comprendre et avoir des informations plus complètes.

    View Comment
    Répondre
  22. Irène B

    bonjour,
    Mon fils de 16 ans a été diagnostiqué récemment d une fragilité attentionnelle et le pédopsychiatre lui a prescrit du concerta il m a demandé de lui faire un bilan cardiaque avant de lui commencer le traitement chose qui a été fait dernièrement , on lui diagnostique un épaississent valvulaire minime chez le premier cardio on a été voir un 2ème cardio et a trouvé un épaississent minime a insinignifiant je ne sais pas si je dois lui commencer le traitement ou c est contre indiquer merci de me répondre

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonjour
      Les instructions officielles sont de réaliser un examen cardiaque soigneux pour rechercher une anomalie qui contre-indiquerait le méthylphénidate. Voici ce qui est écrit dans le Vidal des médecins "Les patients chez lesquels un traitement par psychostimulants est envisagé devront être soigneusement interrogés quant à leur antécédents (y inclus des antécédents familiaux de mort subite cardiaque ou inexpliquée, ou d'arythmie maligne) et être soumis à un examen médical rigoureux, afin de rechercher la présence d'une cardiopathie. Un examen cardiaque spécialisé devra ensuite être réalisé si les résultats initiaux font suspecter une cardiopathie ou de tels antécédents. Un examen cardiaque par un spécialiste devra être rapidement réalisé chez les patients présentant, au cours du traitement par méthylphénidate, des symptômes tels que palpitations, douleurs thoraciques à l'effort, syncope inexpliquée, dyspnée ou tout autre symptôme évocateur d'une pathologie cardiaque."

      En pratique, de nombreux pedopsychiatres demande directement un avis cardiologique, sans doute par manque de confiance dans leur auscultation cardiaque car ils en ont perdu l'habitude du fait de leur pratique spécialisée.

      Le risque est de tomber sur des choses que l'on ne cherche pas et qui sont sans intérêt. On appelle ça des incidentalomes. Je ne comprends pas pourquoi on a fait un échographie à votre fils (à moins que l'auscultation ait révélé un souffle). Ce que vous décrivez et qui n'a pas inquiété les deux cardiologues est d'une grande banalité. Le méthylphénidate n'est pas connu pour provoquer des anomalies des valves cardiaques, contraitement au Mediator. Finalement, l'intérêt de cette échographie, c'est que l'on n'accusera pas le méthylphénidate d'en être responsable 🙂

      View Comment
      Répondre
  23. Dessart

    Mon fils aîné, diabétique depuis ses 4 ans, a été ensuite diagnostiqué TDAH 7 ans plus tard et mis sous rilatine puis sous concerta pdt 3 ans (puis il a refusé tout traitement). Très intelligent, il a eu bcp de mal à se faire des amis, comme si il n'avait pas les "codes sociaux".

    Il était gentil, respectueux, travaillait très bien en classe mais il y avait qq chose qui bloquait... Il s'entendait bien avec de jeunes enfants ou des adultes, mais pas avec les enfants de son âge... Arrivé en secondaires, ce fut la Bérézina; pas habitué à devoir étudier, à trouver une méthode de travail, il a raté sa 2ième secondaire générale. Je l'ai changé d'établissement car il ne se plaisait pas ds cette école; il s'est retrouvé ds une école technique, et là, rebelote; c'était "tellement facile" qu'il a eu 3 examens en seconde session, qu'il a raté tous les 3. Il a dc été aiguillé en professionnelles, mais là, iol s'ennuyait vraiment, me disant qu'il ne faisait que voir et revoir ce qu'il avait appris en fin de primaires et 1ère secondaires.

    Il a finalement arrêté l'école contre ma volonté à 18 ans. La pédopsy qui le suivait qq années auparavant avait diagnostiqué une maniaco dépression, mais il a refusé toute aide. Il a sombré pdt un an, ne quittant quasi pas sa chambre, installé dvt son pc. Il a eu un sursaut il y a 2 ans et a commencé une formation de technicien en maintenance informatique, dont il lui reste 2 TFE à présenter.

    Les jeux de rôle grandeur nature l'ont aidé à se socialiser. Il a trouvé des gens aimant le même univers que lui, l'histoire, la littérature . il écrit des bribes d'histoires dont il a l'intention de composer un livre, et je suis heureuse de voir qu'il ne fait quasi aucune faute d'orthographe. Il a compris qu'il doit se faire aider et va consulter un psy en octobre prochain. A ce jour, nous ne savons pas si il avait vraiment un TDAH ou une maniaco dépression dès l'enfance, mais je suis certaine que l'arrivée du diabète a fait énormément de dégâts.

    View Comment
    Répondre
  24. JeanBaptiste

    Bonjour j'ai 16ans je viens tout juste de commencer le concerta mais je ne dors que très peu depuis le début de mon traitement(5jours), en classe j'ai envie de dormir mais le concerta me laisse éveiller et comme même vraiment attentif vue mon état de fatigue. Mais en rentrant de l'école je suis tellement fatigué que je me pose sur mon lit et j'attend l'heure du diner. Et après le diner je me sens beaucoup mieux, je fais les devoirs pour le lendemain. Je vais dans mon lit à 22h30 mais je ne réussis à m'endormir qu'à 1h-2h du matin. Et je me réveille tout seul vers 6h-6h30, je ne sais pas pourquoi alors que je peux dormir une heure de plus. Cela me fait des nuits très courte. Je ne sais pas quoi faire, si cela va passer ou qu'il faut que je prenne des somnifères ou tout simplement que j'arrete le traitement... Merci de me répondre, je suis perdu

    View Comment
    Répondre
    1. FbSz

      Même question, j'ai 30 ans, j'ai commence le concerta lp lundi pour soigner un TDA sans hyperactivite (plutôt hypoactif) diagnostique avec 20 ans de retard, et le premier soir je n'ai quasiment pas dormi de la nuit ; cette nuit j'ai déjà + dormi, mais dans le salon pour éviter de déranger ma femme et j'ai quand même mal dormi : 1h-1h30 pour m'endormir, à 5h du mat je me suis réveillé et après j'ai mis 1 bonne heure à me rendormir, et à 7h, impossible de dormir + alors que mon réveil est programmé pour 8h... et qu'à la base je suis très fatigué 🙂

      Alors comment faire ? Prendre ce médoc à 5h du matin ? Prendre un somnifère ? Sinon je comptais sur ce traitement pour "changer" aussi le soir, à la maison... or, si ça s'arrête pas 20h, ma femme elle ne verra jamais la différence, c'est un peu dommage. Qu'en pensez-vous ? Merci pour votre future réponse !

      View Comment
      Répondre
  25. Steve

    Bonjour,

    Il parait qu'on donne de la ritaline aux enfants hyperactifs pour les calmer, comment se fait-il qu'on donne le même médicament aux narcoleptiques mais cette fois pour les maintenir éveillés ? Y a t-il pas contradiction ? le même médicament mais pour deux effets contraires. En tant que narcoleptique, je n'ai jamais compris cela, et de toute façon j'ai arrêté de prendre ce médicament depuis des années car à part me couper l’appétit, je n'ai jamais constaté un effet positif. Aujourd'hui je ne prend aucun traitement et je ne m'en porte pas plus mal. Certes, ce n'est pas facile tout le tout mais j'arrive à plus ou moins gérer. Je n'est presque plus de cataplexie à part pendant les paralysie de sommeil qui survienne encore de temps en temps. Mon problème ce serait plus de trouver un moyen de plus dormir la nuit, car avant 5 heures du matin c'est vraiment la galère pour dormir. Je tourne en rond sur mon lit avec des micros sommeil. Et le micros sommeil que je peux faire la journée me font récupérer beaucoup, ce qui fait que la nuit c'est compliqué. Je ne suis pas un gros dormeur à la base et depuis que je suis narco, je dois dormir maximum 3 heures par jour (micros sommeil et la nuit compris), 3 heures c'est même trop. N'étant pas fan des médicaments, je n'est pas envie de prendre des somnifères, ce qui pourrait me mettre "chaos" 7 ou 8 heures d’affilée, ce que j'appréhende plus qu'autre chose. Je préfère encore mes entrées directes en sommeil paradoxal qu'un "écran noir" de 7 ou 8 heures, sûrement une peur de quelque chose ?
    En tout cas, je cherche un moyen de mieux dormir la nuit. Et pour la journée, si connaissez des médocs autres que la ritaline, modafinil ou prozac (j'ai tout essayé), je suis partant pour essayer.

    View Comment
    Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Bonsoir
      C'est toute la complexité de la médecine : le même médicament peut avoir des effets inverses chez des personnes différentes. Mais rien que pour l'un des plus vieux psychotropes du monde : l'alcool, tout le monde sait qu'il endort certaines personnes et rend d'autres agressives.

      View Comment
      Répondre
    2. Kojielski

      Salut niveau médicament le xanax pour dormir c'est formidable... En effet ton insomnie est lié au fait que tu n'arrive pas à faire le vide dans ta tête afin de dormir d'un sommeil réparateur... Et le xanax ça permet d'éviter de trop cogiter, personnellement j'en prends de temps en temps lorsque j'ai des difficultés à trouver le sommeil et grâce au xanax je dors comme un bébé et me réveille vraiment reposé... Ma grand mère à 90 ans en prend depuis des années et elle pète la forme!!!! Voilà j'espère que ce post vous aidera.... Bonne nuit!!!

      View Comment
      Répondre
  26. StefL

    bonsoir, mon fils à 5 ans et demi. Depuis sa naissance j'ai senti qu'il était différent des autres. N'a pas parlé jusqu'à ses 3 ans, difficultés avec l' autorité, devenait méchant envers les autres et lui même, parle fort, gigote tout le temps, difficultés de concentration et très émotif . Pourtant sans même parler il avait de bonnes facilités d'apprentissage, (savait reconnaître toutes les lettres de l'alphabet à 2 ans par exemple). Face aux difficultés que nous avons rencontrées, nous avons décidé à ses deux ans d'aller voir une psychologue qui nous a orienté en CMP pour un bilan psychiatrique. Après 3 rendez vous, le psychiatre nous annonce que notre fils est atteint de TED avec hyperactivité. Nous avons voulu le garder en mi temps milieu scolaire normal et un mi-temps en hôpital de jour.
    Nous ne regrettons pas cette décision car il évolue très bien. Le temps en hôpital se réduit au fur et à mesure.
    Par contre il reste très actif à l'école et distrait tous ses camarades. Il a une AVS depuis la petite section qui l'aide à se sentir bien à l'école car elle le recadre tout en prenant en compte son émotivité et hyperactivité . Mon fils a toujours besoin d'une présence, se sentir soutenu dans ses tâches. Il a de très bons résultats scolaires quand il est décidé . Je me demande si je dois le mettre sous traitement car il reste très actif, parfois insupportable car il nous étouffe, nous n'avons pas une minute à nous. Et le CP est si important que je voudrai anticiper avec un traitement pour que son cursus scolaire soit correct avec les autres enfants.

    View Comment
    Répondre
      1. Perez

        Ne pas avoir de retour positif au bout d'un mois sous Quasym ne veut pas dire que mon enfant n'est pas réceptif au methylphenidate donc ? Le concerta (par ex) même s'il s'agit de la même molécule peut lui être efficace ?

        View Comment
        Répondre
  27. Perez

    Merci beaucoup pour votre disponibilité.. une dernière question : mon fils me dis être comme tous les autres enfants de sa classe et que ses oublis, ses erreurs ses interventions incessantes en classe sont choses courantes chez les autres enfants aussi... n'à T il réellement pas conscience de son trouble (diagnostiqué à robert debré) ou se ment il ?

    View Comment
    Répondre
  28. Perez

    Je pensais que peut être c'était un trait de caractère typique chez les enfants tdah.. que peut être la majorité n'avaient pas conscience de la particularité de leur trouble devant son constat.
    Merci pour tout bon week

    View Comment
    Répondre
  29. Margot

    Bonjour
    Notre enfante est sur la ritaline depuis deux semaines . Il a des effets secondaires et nous avons pris un décision d'arreter le traitement. Est ce que est suffit juste de supprimer le comprime quotidienne ou il faut faire ca progressivement . Merci d'avance.

    View Comment
    Répondre
  30. chauvet

    bonsoir
    ma fille de 7 ans est tres impulsive ...coupe la parole .ne se concentre pas a l ecole .etc
    apres avoir fait des test de coner.....la pediatre la mise sous quazym10 pendant 1 semaine et ensuite elle devra passer a 20g par jour
    elle a commencer le traitement 10 mg ce matin ...et ce soir la maitresse me dit quelle c est plein de mal au ventre et a dormer cette matinee ...
    ma question est : est ce des effet indesirable et je dois arreter ............ ou est ce normal en debut de traitement et que son corp va s abituer par la suite ????????? MERCI POUR VOS CONSEIL

    View Comment
    Répondre
    1. victoria

      bonsoir Chauvet,
      je ne sais pas si ma réponse sera adaptée mais elle part d'un témoignage personnel.
      j'ai aujourd'hui 19 ans, et j'ai été mis sous ritaline dés le CE1.
      A l'époque je me souviens m'être plainte de maux de ventre (surtout le matin avec la prise au petit déjeuner), ma mère en a parler au spécialiste qui me suivait a l'époque, mes souvenirs sont vagues mais il me semble qu'après cela je suis passée sous concerta.
      Bien sur ce ne sont pas les mêmes médicaments que votre fille, mais ils restent proches.
      je pense aussi qu'il faut s'assurer que votre fille comprenne bien le pourquoi du comment, c'est à dire la raison de la prise de ce médicament pour pas que ce maux de vente n'évolue ne refus de le prendre (comme moi à l'époque). c'est difficile pour un enfant de comprendre ces choses là et j'ai mis tant de temps avant de comprendre moi même.
      Cette catégorie de médicament est spéciale, ce sont quand même des médicament qui agissent sur le cerveau, il on souvent l'effet de "calmer" et cela doit beaucoup plus le remarquer chez les enfants. Son énergie n'est plus "incontrôlable", elle est canalisée. et ceci demande du temps avant de s'habituer aux effets du médicament.
      Malgrès tout, la meilleure réponse a votre question émanera surement de votre médecin, n'hésitez surtout pas a vous adressez à lui.
      Ma réponse n'est tirée que de mon expérience personnelle, mais j'espère néanmoins vous avoir éclairé un petit peu.

      Bien à vous
      victoria

      Bien à vous victoria

      View Comment
      Répondre
      1. Perez

        Les douleurs abdo peuvent être courantes les 1er jours.. donner du spasfon pour palier. Si pas d'amélioration au bout de 1 semaine prendre avis médical. Sachant qu'en interrompant le traitement il nya pas de syndrome de sevrage.
        Courage.

        View Comment
        Répondre
  31. catiochka

    Bonjour,
    Tous les enfants sont différents. Mon fils de 7 ans la tolère sans mal de ventre, sans perte d'appétit. En revanche, il dormait bien jusqu'à ce que l'on lui donne de la mélatonine pour réussir à le coucher plus tôt et maintenant il ne dort plus du tout sans (ne s'endort pas avant minuit et encore, dans notre lit). Deux fois nous avons interrompu, les 1ers nuits sont très dures, puis il s'habitue sans mélatonine et si on la reprend, il ne dort plus sans. (pourtant la mélatonine est censée être sans accoutumance).
    Les effets sont très positifs. Mais les jours où il n'en prend pas, il est 10 fois plus agité qu'avant, comme s'il y avait encore une fois une accoutumance (alors que la ritaline n'est pas censée générer d'accoutumance non plus).

    View Comment
    Répondre
    1. bonjour, le médecin n'est pas certain que ma fille atteinte d une dyslexie souffre de troubles de concentration mais elle est à sa sixième année d'orthophonie mais ces troubles sont toujours là. Je suis contre tous les produits neuropsychiatriques mais je suis perdu et indécise "donner ou pas ce produit à ma fille".

      View Comment
      Répondre
  32. dibon

    bonjour,
    Mon fils Mattis bientôt âgé de 11 ans a été après un long parcours diagnostiqué TDAH il y a 1 an1/2. Nous avions vu depuis ses 5 ans plusieurs pedopsy, le psy scolaire .. Mattis selon eux allait bien c'était un problème passager voir un problème d'éducation. Au niveau scolaire c'était catastrophique, et sa première année de CE2 a été plus que catastrophique. La maîtresse lui a fait passer l'année scolaire le bureau dans le couloir !!! Comment exclure encore plus un enfant en difficulté et l’humilier devant d'autres enfants !! On sait que le monde des enfants est cruel en plus :!!! Fin de son premier CE2 nous sommes pour une énième fois convoqué avec son papa (on est divorcé depuis les 5 ans de mon fils mais on fait toujours front ensemble pour nos enfants) mais ce jour la nous sortions de chez le neurologue qui nous avait posé le diagnostic et donné un premier traitement 2 gellules d'omega. Nous avions décidé de laisser parler la maîtresse le psy scolaire qui me disait qu'on élevait mal notre garçon avant de leur donner le diag du neurologue !!!
    Un long calvaire pour notre tit homme qui a pu respirer un an avec ses gélulles.
    Aujourd'hui cela ne suffit plus .. on retourne dans la spirale des mauvais résultats, des bêtises, de ne pas avoir de copain ... Mattis est suivi par une super psychologue qui l'aide avec l'image, l'être le paraître mais aussi par une orthophoniste. Nous avons rendez vous ajourd'hui avec le Professeur GIRARD qui le suit sur l'hopital Neuro de Lyon qui va nous parler de la ritaline ... Et j'ai peur de ce traitement ... Des effets secondaires .... Quelqu'un a essayer les compléments alimentaires ??? exemple bocapa monierri le Ginko biloba ????
    Que pouvez vous me dire pour me rassurer sur les effets secondaires de la ritaline ???
    Je veux que mon fils puisse enfin avoir une vie d'enfant bientôt un adolescent normale !! des potes a la maison des soirées console !! pop corn bonbons !!! bref je veux qu'il soit heureux simplement !!
    merci pour votre ecoute et vos reponses.
    Céline

    View Comment
    Répondre
  33. benoit girard

    je prend des méthylphénidate 20 mg a chaque fois que je recommence en a prendre j'ai mal au 2 mollets et quand je me couche ses plus douloureux je suis obliger de dormir sur le dos car sur le coter au dirait que je vais avoir des crampes au 2 mollets,je veux savoir ses tu normal que j ai mal au 2 mollets a chaque fois que j en prend s.v.p répondez moi vite car j arrête souvent de les prendre car les mollets me font trop mal merci

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonjour
      Les circonstances de survenue permettent d'attribuer ces douleurs au médicament. Il faut en parler à votre médecin pour voir si ces douleurs contre-indiquent ou non la poursuite du traitement.

      View Comment
      Répondre
  34. Astorg

    Bonjour je m'apelle Maureen j'ai 27 ans étudiante en bts diététique je suis moi aussi atteinte de trouble de l'attention avec hypercativite diagnostique très tard à l'âge de 13 ans.

    J'ai été sous ritaline puis sous concerta ma scolarité à été très atypique plusieurs redoublement je suis passer par des passerelle pour rentrer en bts diététique le concerta ma énormément aide dans ma scolarité et m'aide encore car je suis encore sous concerta. Oui les problème attention mon beaucoup pénalisé mais peu à peu avec l'âge la maturité on arrive mieux à la gérer.

    Je conseille vraiment ce médicament qui change beaucoup et aide pour les études malgré les effets secondaire que l'on pu ressentir au début tous cela fini par passer pour ma part cela m'a énormément aider ma aider à prendre conciznte en moi et aujourdui je suis en bts grâce à ma ténacité mon courage mon envie de réussir malgré tous mes professeurs qui me disait que j'y arrive ai jamais que je n'aurais jamais mon permis. Et pourtant je suis en bts j'ai eu mon permis sans concerta avec un score de 28 sur 30 ; peut être que c'est difficile et vous croyez que il n'y a aucune solution il y en a toujiurs une je parle en connaissance de cause.

    Je dis pas que cela sera facile cela sera même très dure mais accrocher vous et battez vous car je reviens de très loin ; jamais j'aurais cru un jour arriver là où j'en suis et pourtant le chemin es encore long mais petit à petit on y arrive je vous souhaite beaucoup de courage et n'hésitez pas à me contacter car je connais trouble de l'attention par coeur je peux donc apporter mon aide mon vécu et mon témoignage 🙂

    View Comment
    Répondre
  35. David

    Bonjour,

    Je suis un étudiant de 24 ans. Je prends de la Ritaline depuis peu (moins de quelques mois).

    Malheureusement dans mon enfance on ne m'a jamais clairement diagnostiqué comme hyperactif. Je n'avais, jusqu'à l'âge 18 ans, jamais entendu dire que cela pouvait constituer "un problème" et encore moins qu'il était courant.
    Après une adolescence très difficile marquée par un oppositionisme important, des difficultés d'intégration avec les élèves de mon âge et un ennui gigantissime en classe ( moyenne du QI à 148 mise en évidence à l'aube de mes 16 ans seulement... avant cela on me menaçait chaque année de redoublement!! ). Après la réussite du Bac S avec mention et des études de droits, j'ai finalement vécu une période de rupture sociale puis de toxicomanie grave à l'âge adulte qui s'est soldée par une meilleure compréhension de mon trouble ce qui permit d'initier un traitement par Ritaline.

    Toutefois celui-ci me donne de désagréables nausées et maux d'estomac (sorte de compression dans le fond de l'oesophage). J'ai pris l'habitude de me forcer à prendre un petit déjeuner conséquent en même temps que la dose de méthylphénidate LP. Cependant cela n'arrange pas véritablement les choses.

    J'hésite à solliciter une prescription de Métoproclamide à mon médecin généraliste mais je redoute de devoir utiliser un médicament de cette classe à long terme quotidiennement, notamment en raison du risque accru de dyskénie tardive...

    Auriez-vous une solution plus naturelle pour améliorer les nausées et la difficulté à "digérer" le médicament?

    Devrais-je espacer la prise du méthylphénidate de celle du petit déjeuner ?

    Au pire des cas, y'aurait-il un médicament qui ne soit pas un neuroleptique susceptible d'améliorer les nausées?

    Je vous remercie d'avance pour vos retours.

    Cordialement.

    View Comment
    Répondre
  36. LAMURE

    bonjour,

    mon fils de 12 ans prend du concerta 18 depuis un an et demi. actuellement, il est en 6ème dans un collège normal et on s'aperçoit qu'il a changé de comportement. il est agressif verbalement, il se fout de tout, ment et n'a pas conscience de ses actes. quand il ne comprend pas ou qu'il ne veut pas comprendre, il se braque et devient odieux. il jette ce qu'il a sous la main, insulte ses frères. je me demande si son problème de TDAH sans hyperactivité n'empire pas et si c'est le cas , est-ce du au concerta. il est suivi par un neuropédiatre dans un CHU tous les ans. grace au concerta il a de bon résultat scolaire mais les effets secondaires se font sentir. poblème d'endormissement, irrespectueux, mais d'un autre côté il est très câlin, et regrette ce qu'il fait subir mais ne s'est pas l'exprimé; il ne sait comment s'y prendre. il est patau. doit on revoir son neuropédiatre (délais 6 mois d'attente) ou prendre son mal en patience et attendre qu'il grandisse dans sa tête ?
    pour l'instant, il essaie de nous pousser à bout, de voir notre réaction face à lui. jusqu'ou il peut aller. nous tenons bon pour l'instant et ne lâchons rien, mais c'est épuisant nerveusement.
    selon vous, que faut-il faire face à cette situation.
    Merci

    View Comment
    Répondre
  37. Corinne

    Bonjour,
    mon fils de 16 ans rencontre de grandes difficultés scolaires , beaucoup de problèmes de retards en cours ( au moins de 2 fois par jour , entre 5 et 10 mn ) , il s'endort en cours , a beaucoup de mal à se lever le matin . Mais ses difficultés n'ont commencé que l'année dernière et ses retards en cours aussi . Le bilan fait en aout dernier montre un problème d'attention . La ritaline pourra t elle l'aider à retrouver une scolarité plus apaisée ?
    Corinne

    View Comment
    Répondre
  38. AGATOUM

    Bonjour , je viens de lire tous vos témoignages et je vois ce meme combat de nos hyperactifs sous ritaline ou concerta
    je le vis avec mon fils de 13ans diagnostiqué qu à 11ans TDAH
    cette année de 6eme au collège est catrastophique avertissements de travail et de conduite , livrets scolaires avec des notes inférieures à 5/20 dans toutes les matières
    le collège vient de me proposer une 5ème SEGPA
    mon fils en classe est très dissipé et à la maison ne veut pas faire ses devoirs
    très autoritaire et opposant , contestant toute autorité de ma part , indifférent aux sanctions du collège , ne montrant aucun intérêt pour les études
    il est sous ritaline 40 et Risperdal 0,5mg et suivi par un pédopsy
    mais par ailleurs a beaucoup de copains et est très doué en sport
    je me demande si cette orientation SEGPA et changement de collège peut améliorer ses résultats scolaires , lui le vit très mal car il se sent très bien dans son collège actuel
    en tant que Mère assumant seul mon fils et son petit frère , je subis en permanence des critiques des services sociaux sur la manière d élever mon Fils ainé , et comme mes deux enfants sont adoptés par moi meme ce n est pas facile à vivre
    mais cela ne m empeche pas de combattre et je suis persuadée que des solutions vont apparaître
    Merci

    View Comment
    Répondre
  39. Jove

    Mon fils de 8 ans a été diagnostiqué hyperactif l'année derniere. Il ne lit pas et n'écrit pas. Il vient d'être diagnostiqué dyslexique, dysorthographique et TDAH. Le spécialiste souhaite le mettre sous methylphenidate pour qu'il se concentre davantage. Les effets secondaires me font peur. Il est petit de taille, dort mal et mange peu. Ça risque d'être encore pire. Je ne sais pas quoi faire et je suis plutôt contre ce médicament

    View Comment
    Répondre
  40. Sébastien

    Est-ce que le Concerta et la Ritaline calment l'ensemble des TDAH ? Je prends du Concerta depuis 1 semaine environ et bien que je me sente plus attentif et concentré, je sens aussi que ma nervosité et mon agitation sont plus présentes. J'ai lu que la Ritaline et le Concerta calmaient l'agitation des hyperactifs, je ressens l'effet inverse, cela veut-il dire que je ne suis pas hyperactif ?

    View Comment
    Répondre
    1. Sébastien

      Avec le temps (plusieurs semaines de prise de Concerta) est-ce possible de voir des changements bénéfiques s'opérer au niveau de l'hyperactivité cognitive ? Car en tant qu'adulte je suis calme physiquement, mais j'ai l'impressions que mon hyperactivité physique d'enfant s'est transformée en hyperactivité cognitive avec d'autres troubles associés, principalement des tocs et beaucoup d'anxiété, cela me gêne particuilièrement, plus que l'innatention en elle-même et je ne souhaite pas être mis sous anti-dépresseurs.

      View Comment
      Répondre
  41. olivia

    Bonjour je voulais juste vous confier mon parcours de maman tdah et celui de Maman d une petite tdah et top. Voilà j ai réussi à avoir une scolarité normale mais je vous avoue que j ai dû bosser 20 fois plus que mes Camarades d école. Mes parents ne m ont pas lâché d une semelle sinon j en serai pas là aujourd'hui. J ai toujours été une enfant et ado super impulsive et compliquée à comprendre. Bref je me retrouve énormément dans ma fille, nous sommes très fusionnelles et elle a exactement les mêmes soucis que moi. J ai donc voulu lui éviter d avoir le même parcours difficile que moi et je lui ais fais passer des bilans Psy, psychomot, neuro. On a donc enchaîné un dossier MDPH pour lui obtenir une AVS pour l Ecole vue qu elle ne pouvait pas y aller à temps plein. ( trop dure à l Ecole, exclue de cantine et de garderie) elle a un suivie ttoutes les semaines avec une psychomotricienne et un traitement ritaline 20 et risperdal. Le neuro m à également mise sous concerta depuis peu pour mes problèmes d organisation et d impulsivité. Sachez que le tdah est génétique, et que ce n est pas une fatalité mais une autre façon de vivre... 😉 alors petit conseil de maman, ne perdez pas de temps à vous poser des questions sur les troubles de vos enfants, agissez. Plus vous attendrez et plus votre vie de famille en patira... Si vous voulez du soutien je suis la 😉

    View Comment
    Répondre
  42. perro

    J'ai été diago TDAH à 43 ans. Un peu tard. Un soulagement et j'ai revu ma vie défilée surtout lors de mon enfance ou ma scoralité a été une catastrophe.
    Désormais sous Concerta 18mg, je suis mieux. Moins en colère, révolutionnaire, moins dispersé. Je tiens tout de même à dire que même sans Ritaline, j'ai dans ma vie, réalisé de grandes choses, non sans mal, mais je n'ai pas attendu cette découverte pour réussir et entreprendre. La reconnaissance de cette pathologie me fait du bien, je me sens moins bizarre maintenant.

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Merci pour ce témoignage. En fait, pour réussir sa vie quand on est TDAH, il faut être son propre patron et avoir une activité variée, idéalement créatrice 😉

      View Comment
      Répondre
  43. olga

    Bonsoir..
    J'ai 19 ans, j'ai toujours su qu'il y avait quelque chose de different chez moi, cette lucidité sur ma "marginalité", ma difficulté d'adaptation sociale, ce magma permanent d'idées aussi farfelues que contradictoires en fond dans ma tête, ce sentiment de n'être capable de rien, de vouloir à tout prix faire rentrer des personnes dans ma tête pour qu'elles puissent peut être comprendre que je ne suis pas ce qu'on pense que je suis, ces gestes, mots et actions bizarres qui surgissent impulsivement de moi même, cette galère à l'école, cette procrastination permanente, et bien toute cette lucidité ma menée à la dépression, qui celle ci m'a conduite au suicide au mois de janvier ( en vain, vous constaterez )

    C'est seulement et bien seulement après tout ça et une hospitalisation pour dépression sévère qu'on a enfin trouvé le souci...

    TDAH, vous dites ?

    Voila, contrairement aux AD, la seule chose qui m'a guérie de ma "dépression" , savoir. Je savais enfin ce qui ne tournait pas rond, ce qui m'empêchait de vivre comme je le souhaitais...

    Mais bref, à ma sortie, mon neurologue, ma psychiatre et tout le tralala me parlaient de ce traitement. Pendant des mois j'en ai entendu parler sans avoir la moindre trace d'ordonnance car bien sûr, il fallait faire toutes les procédures médicales pour pouvoir avoir un accès "légal" au traitement.

    Et voila qu'enfin, aujourd'hui, après des mois d'impatience de pouvoir peut être gérer les choses comme je le souhaite, j'ai pour la première fois pris le traitement. Une faible dose pour commencer, 10mg le matin, et 5 heures après un autre 10mg, mais jamais après 16:00.

    Je ne m'étais jamais sentie comme ça, c'est inexplicable, je n'avais plus cette nervosité, et j'ai pu travailler le piano comme jamais auparavant. J'ai presque redécouvert ma passion
    Pour la première fois de ma vie, je me suis sentie "normale" et en accord avec moi même, sereine etc etc. même si le problème des phobies sociales reste bien implanté..

    Mais le seul souci, c'est que cela fait maintenant 4 heures que j'alterne entre angoisses et respirer dans un sac, s'en suit palpitations, baisses de température, bouffées de chaleur, boule dans la gorge, douleurs aux cervicales, mâchoires etc etc... Moi qui n'ai jamais très bien dormi, je dois avouer que des nuits comme ça, ça ne m'avait pas manqué.

    Mais dites moi s'il vous plaît...je vous en prie dites moi qu'il ne s'agit que d'effets secondaires du début du traitements et que tout ca va partir, et qu'il faut tout simplement que mon cerveau se conditionne au traitement et que cela demande un petit laps de temps...je l'espère je l'espère et j'ai besoin d'être rassurée

    Et autre question...ai-je le droit de prendre un somnifère ? Ou pendant le traitement sous ritaline c'est une mauvaise idée... J'ai peur du cocktail des deux... Mais je ne sais que faire pour pouvoir dormir

    Est ce que toutes mes nuits vont ressembler à ça ?

    View Comment
    Répondre
  44. Sandy

    Bonjour, j'ai 36 ans, je suis divorce et j'ai deux enfants, l'un de 13 ans est TDA et dyspraxique VS et l'autre de 8 ans est TDAH avec TOP. Aucun ttt ne m'a été proposé pour mon premier enfant TDA et DYS, il n'a pas d'AVS, il bénéficie d'un PPRE et de soins ergothérapiques en milieu scolaire. Concernant mon autre enfant TDAH et TOP, une psychothérapie est en cours et lors de la dernière consultation avec le neuro-pédiatre, celui-ci m'a remis les questionnaires de Conners en me précisant qu'il fallait envisager un traitement par Méthyphénidate. Il m'a donc orienté vers un cardiologue pour un bilan. Bilan OK. Questionnaire de Conners remis à la rentrée aux enseignants. Je me suis bien renseignée à propos de ce traitement et je suis d'accord, notre enfant aussi. En revanche, son père refuse catégoriquement la prise de Quas** ou Conce***. Celui-ci prétend qu'il s'agit d'un "puissant neuro-stimulant" et qu'il est hors de question que l'on "drogue son enfant avec des amphétamines". Il me menace d'un procès si jamais je lui fait prendre quoi que ce soit. Je ne sais pas du tout quoi faire maintenant. J'aurais besoin de bons conseils... Merci à tous.

    View Comment
    Répondre
  45. Stéphanie Maston

    Bonjour,
    J'ai une fille de 6 ans et demi qui a été diagnostiquée T.D.A.H en juin 2016.Elle prend du Quasym depuis juillet. Elle revit avec le traitement, elle peut travailler presque normalement à l'école. En revanche, j'ai quelques inquiétudes concernant les effets secondaires. J'ai l'impression qu'elle a une poussée de pilosité. Le neuro -pédiatre ne répond rien à ce sujet. je ne sais pas si ce phénomène peut continuer à s'aggraver et comment ça peut évoluer à la puberté. Peut-il y avoir un risque de dérèglement hormonal ?

    View Comment
    Répondre
  46. Anonyme de Suisse

    Bonjour,
    J'ai 23 ans 145 de QI. J'étudie dans l'université la plus prestigieuse de Suisse mais je n'ai jamais été bon scolairement. Toujours suffisant. Malgré 2 LA 20mg que je prends chaque jour je n'arrive à me focuser et à étudier pendant des heures pour atteindre mon potentiel. Toujours anxieux, insomnies, vomissements en périodes d'examens. Je ne suis pas à plaindre mais je vis très mal mes troubles d'attention et de concentration. Je suis arrivé à un point où je n'arrive plus à vivre avec cette "maladie". Quand je la prends, je deviens associable, je parle peu, je ne rigole jamais. ET quand je la prends pas, tout va bien mais j'oublie mon porte-monnaie, mon cellulaire, impossible d'avoir un meeting avec plusieurs personnes tellement les voix partent dans tous les sens. Je demande de l'aide...

    View Comment
    Répondre
  47. Diane

    Bonjour,
    Ma fille a été diagnostiqué il y a deux ans d'un tdah. Incapable de fonctionner seule à l'école. Nous avons essayé la madication, mais à chaque fois elle avait de gros effets secondaire, anxiété généralisé, ne parlait plus... nous avons du arrêté. J'ai fait beaucoup de recherches pour trouve une solution et voilà: le neurofeedback. ( ne pas confondre avec le neuroptimal qui dit être du neurofeedback mais qu'en fait les effets sont passager.) Elle fait deux séances par semaine. Fait par des neuropsychologues. C'est très coûteux, mais enfin nous nous retrouvons et elle se retrouve. Si elle avait eu besoin de broches nous l'aurions payé, alors ca c'est pour la vie. Je ne veux pas dire que la médicamentation n'est pas bonne mais simplement qu'elle ne fait pas pour tous quand les effets secondaire sont trop présents.

    View Comment
    Répondre
    1. Dominique Dupagne

      Bonjour Diane
      Merci pour ce double rappel :
      - Les médicaments ne sont pas la panacée, ils peuvent être mal supportés au point d'empêcher leur utilisation, ou être peu efficaces.
      - Le neurofeedback est une technique sérieuse, mais en effet, et malheureusement, plutôt coûteuse.

      View Comment
      Répondre
  48. Anna

    Bonjour,
    mon fils de 7 ans a été diagnostiqué TDAH avec hyperactivite, nous souffrons de cettte situation depuis ses 4 ans scolarisation difficile voir catastrophique, chaque soir en pleure par les réflexions des maitressses et encore plus lorsqu'on apprend qu'il est rejeté de tout le monde mis dans le couloir seul... rejeté parfois aussi par des professionnels de santé.. nous nous sommes remis en question à chaque fois pensant mal faire c'est en voyant la différence avec son petit frère qui a 2 ans de moins.qu'on a compris que ce n'était pas une histoire d'éducation. C'est aussi à ce moment qu'on nous a pris plus au sérieux.
    J'ai demandé de l'aide très tôt, car je voyais bien que mon fils était différents depuis sa naissance je l'ai sentis...
    Aujourd'hui n'ayant pas trouvé d'autre solutions il est sous ritaline pendant les périodes scolaires, mais mon mari et moi sommes très inquièts sur les effets cardiovasculaires. Pouvez vous me dire quel effet ce médicament a sur le cœur de mon fils? Est il possible qu il ai des séquelles a l'âge adulte? Nous ne sommes pas sereins, parfois il dit sentir son cœur palpiter, je lui prend alors son rythme cardiaque il est plutôt normal...
    Aujourd'hui sa neuropediatre nous dit de lui donner la ritaline tous les jours y compris wk et vacances.... elles nous a vu épuisé au bord de la crise, c'est vrai on en peut plus c'est épuisant il nous demande une énergie phénoménal. Je suis tenté de lui donner tous les jours mais j'ai peur pour son développement future, son cœur? ses facultés de concentration s'il s'habitue à la ritaline que fera t il sans a l âge adulte ou même avant??

    J'espère avoir quelques réponses ou quelques pistes.
    Merci

    View Comment
    Répondre
  49. marie-pierre

    De notre fils qui serait "à la lisière du trouble du spectre"...

    Bonjour,

    J'ai lu avec très grand intérêt et attention (!) les messages de ce forum.
    C'est la première fois que je me confie au sujet de mon fils, qui a six ans.
    Après 6 ans de galère, nous n'avons toujours pas trouvé comment l'aider, l'apaiser. Après avoir, depuis qu'il sait marcher, tourné autour du canapé du salon en faisant des bruits de bouche, il fait maintenant des allers-retours dans sa chambre en se racontant des histoires dans sa tête, c'est son jeu préféré.
    Outre un caractère opposé +++, il a des difficultés relationnelles, est souvent seul. Egalement, il a de grandes difficultés à se concentrer, est très impulsif. A l'école, la maîtresse le trouve "complexe" et ne sait comment s'y prendre avec lui, mais heureusement pour nous elle est compréhensive et essaie de l'aider en lui répétant chaque consigne.
    Son grand frère de 9 ans ne présente aucune difficulté. Sa seule difficulté, c'est triste à dire mais c'est son petit frère qui fait ses allers et retours en faisant ses bruits de bouche et qui fait des crises de colère.
    Un pédopsychiatre nous a dit en juillet qu'il était TSA après 30 minutes où il m'a écouté. Nous avons fait un bilan ADOS en privé (600 euros, je vais indiquer les montants juste pour montrer le prix du parcours du combattant !) qui ne confirme pas le diagnostic du pedopsy.
    Après un premier test WISC (150 euros) en libéral qui n'a pas été abouti, notre fils étant inattentif et agacé, nous en avons fait un second (300 euros) qui indique qu'il a une intelligence normale, avec des fragilités attentionnelles, et un haut potentiel en verbal. Cela créerait une "bancalité" selon la psychologue.

    Je crois avoir presque tout lu, tout entendu sur la responsabilité des mères, ces grandes fautives (trop intrusives, ou alors trop lointaines), des parents (trop laxistes), je suis fatiguée...
    Notre fils suit une psychothérapie hebdomadaire, sans amélioration.
    Depuis octobre il participe à un groupe d'habiletés sociales avec d'autres enfants de 6 ans. J'ai essayé quand il avait 4 ans d'être reçue au CMP : pas de réponse. Nous payons tout plein pot. On a beau être laxistes, en tous cas on n'est pas radins... à coup de 140 euros par semaine...

    Nous sortons d'un rdv à Necker avec un pédopsychiatre très agacé que l'on ne se contente pas du diagnostic de TSA de son confrère et que l'on cherche à courir les médecins. Quand on lui a dit que ce diagnostic n'avait pas été validé par un bilan ADOS, il a quand même baissé d'un cran, et a fini par nous proposer de faire un bilan psycho affectif et de voir une psychométricienne de Necker. Je me suis abstenue de parler de l'hypothèse du tdah, vu qu'il est aussi psychanalyste. Le pédopsychiatre a quand même apprécié que nous ayons entrepris une psychothérapie et une démarche TCC de groupe "habiletés sociales". Mais franchement, comment font les parents fauchés ?! Que deviennent ces enfants ?

    Pour finir, nous ne savons pas si il est TSA. Il est "à la lisière du trouble du spectre". J'adore la poésie, et là je dois dire que je suis servie...
    Je ne sais pas si à la lisière du trouble de ce spectre, mon fils va trouver les petits cailloux blancs (médicaments ?) qui vont l'aider à sortir de la forêt profonde ?
    Moi j'ai l'impression que c'est nous qui sommes à la lisière de notre fils, sans jamais réussir à le comprendre, à le connaître. Qu'a-t-il dans sa tête ? Entre les psychiatres qui disent qu'il tourne à vide et ceux qui disent qu'il a un imaginaire débordant, je me retrouve circonspecte.
    Alors que normalement, une mère trouve que le temps passe trop vite, souvent je trouve que le temps ne passe pas assez vite, j'aimerais qu'il soit déjà grand et qu'il s'en soit sorti, qu'on n'ait plus à supporter tout cela.
    Notre fils n'est pas vraiment TSA, ni hyperactif, ni précoce, ni dyspraxique et pourtant je l'y reconnais dans beaucoup des symptômes.

    Est-ce que ce témoignage vous inspire un conseil ? Je suis tellement perdue...
    Merci par avance à toute personne bienveillante qui voudra bien m'aider, en me donnant par exemple une référence de médecin compétent sur Paris qui pourra nous aider à avancer.

    View Comment
    Répondre
  50. LAMANDE

    Bonjour,

    Mon fils âgé de 10 ans prend le la ritaline LP20mg/jour associé à un neuroleptique dans le contexte d'un syndrome Gilles de la TOURETTE.... Le neurologue souhaiterait arrêter assez rapidement le neuroleptique car à long terme risque d'endommager les facultés intellectuelles...
    Mon inquiétude est la suivante: la prise de ritaline à long terme endommage t-telle également les facultés intellectuelles; quels sont les risques après des années de prise de ce traitement?
    Merci par avance

    View Comment
    Répondre
    1. Dr Dominique Dupagne

      Bonjour,
      La Ritaline (méthylphénidate) n'a pas d'effet à long terme sur le cerveau. Contrairement aux neuroleptiques qui peuvent (rarement) avoir des effets indésirables définitifs même après leur arrêt, et notamment des tics de la face !

      View Comment
      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *