Skip to content

Bonjour, mon garçon d’actuellement 9 ans a été diagnostiqué TDA …

Comment on Ritaline : intérêt et risques chez l'enfant by Laure.

Bonjour, mon garçon d'actuellement 9 ans a été diagnostiqué TDA sans Hyperactivité à l'âge de 6 ans avec une prédominance pour le côté "inattention". Il est donc "dans les nuages", distrait par ce qui l'entoure et a de grosses difficulté à se concentrer. Après avoir "digéré" le diagnostic qui n'est jamais agréable à accepter, j'ai du convaincre mon entourage et même mon conjoint qu'il souffrait de ce trouble et qu'une alternative médicamenteuse existait. Une fois cette étape franchie, mon fils a commencé vers l'âge de 6 ans tout d'abord le Quasym LP 10, puis 20, puis 30 et à présent le Concerta 36 LP. Voici mon expérience qui pourra servir aux personnes qui sont dans un dilemme : médicament ou pas médicament. La scolarité lui était pénible car il était décalé, pas dans le moule donc mal adapté au système scolaire. Il lui aurait fallut un professeur particulier ou être dans un tout petit groupe. Dès le premier jour de la prise du médicament quasym 10 et ce dans la première heure de prise la "transformation" a été fulgurante dans le bon sens du terme. La maîtresse nous a dit qu'il était passé de "boulet" de la classe à "moteur". Il est plus apaisé, plus concentré, plus appliqué, moins réticent aux révisions laborieuses, plus coopératif et même plus bienveillant avec la petite soeur. Il participe en classe à meilleur escient et pas de façon intempestive. Enfin lorsque il oublie de prendre le médicament lors des jours de classe il redevient désordonné, désorganisé, éparpillé... comme perdu et évidemment se concentrer lui est très pénible (dixit la maîtresse qui se demandait ce qui se passait). On peut donc constater sans aucun doute que le médicament fonctionne bien même si ce n'est pas parfait. Il s'agit de L'amélioration évidente de ses facultés d'apprentissage et par ricochet de sa confiance en soi et de son bien être. Cette "transformation" est donc un peu perturbante pour moi sa mère car j'avoue le préférer avec son traitement : il est plus facile à gérer, moins opposant... C'est un petit peu comme si je trahissais l'autre garçon, celui qui ne prend pas le médicament. Je me dis avec philosophie qu'il faut voir en priorité son intérêt et que s'il va mieux (dans sa vie à l'école et aussi dans sa vie affective puisqu'il se comporte mieux et est donc mieux accepté) c'est le principal. Tant pis pour mes états d'âme. Je précise que le médicament a aussi été bénéfique dans les stages de tennis, voile, ski où il faut suivre des consignes et s'adapter à un groupe.

Enfin, afin d'être absolument objective et complète dans la description de notre expérience de vie AVEC médicament, nous avons noté les effets secondaires suivants :
- baisse de l'appétit les jours où il prend le médicament. L'appétit revient vers 18h et il se rattrape grandement les jours où il ne prend rien (Week-end, vacances)
- difficulté d'endormissement : ce problème a été résolu avec la prise de mélatonine au moment du coucher. pas d'accoutumance non plus pour ce médicament qui n'est pas un somnifère .
- Il est parfois un peu trop sage, comme éteint. C'est assez inégal et pas quotidien.

En résumé et cela n'engage que le cas de mon fils, je trouve les bénéfices bien plus importants que les inconvénients. Je ne regrette absolument pas cette médication. Nous passons par des phases où il ne prend rien (grandes vacances) et il ne ressent aucun manque. Cela permet de se rendre compte des différences de comportement avec et sans. Sa vie en société s'est améliorée, notre vie familiale est plus agréable et c'est surtout sur sa vie scolaire que l'effet est le plus appréciable. Bref, si le diagnostic du TDA/H est avéré ne vous culpabilisez pas à essayer la médication par methylphénidate. Si la chimie ne marche pas vous n'aurez qu'à suspendre le traitement. Il n'y a pas d'accoutumance. Ne privez pas votre enfant de la chance de pouvoir améliorer significativement sa vie (et celle de son entourage) !!! En espérant que cela ait pu aider quelques parents dans le doute. Laure.